Après la bagarre

02 août 2018 21:05; Act: 02.08.2018 21:09 Print

Booba et Kaaris pourraient finir en prison

A cause de leur violente bagarre à l'aéroport d'Orly, les deux rappeurs risquent de passer 7 ans derrière les barreaux.

Sur ce sujet
Une faute?

En garde à vue depuis leur altercation survenue mercredi à Orly, Booba et Kaaris doivent regretter d'avoir dévasté le terminal 1 de l'aéroport parisien. Les magasins se trouvant à proximité de l'énorme bagarre, qui a entraîné une vingtaine de collaborateurs des deux artistes, ont subi d'importants dégâts. De plus, plusieurs vols ont dû être retardés, pénalisant ainsi de nombreux voyageurs.

Au total, 13 personnes ont été entendues par la police pour «violences volontaires». Selon LCI, le groupe aéroports de Paris a porté plainte contre Booba et Kaaris pour «troubles à l'ordre public avec préjudice d'image et financier et mise en danger de la vie d'autrui.» Le gérant d'un magasin endommagé poursuit aussi les deux artistes pour dégradation, violence en bande et vol.

On a par ailleurs appris jeudi soir la prolongation de la garde à vue de Booba et Kaaris. La star du rap français, 41 ans, et son ex-poulain, 38 ans, vont passer une deuxième nuit en garde à vue dans les locaux de la Police aux frontières (PAF). «Les exploitations vidéos se poursuivent», et les gardés à vue vont être confrontés aux témoignages et à ces vidéos, a indiqué le parquet de Créteil à l'AFP.

Et la situation continue à se gâter sérieusement pour les deux rappeurs français qui clament chacun la légitime défense. D'après Le Point, ils risquent gros face à la justice. «Le parquet de Créteil (Val-de-Marne) envisage d'ouvrir une information judiciaire, notamment au regard de la gravité des faits et de leurs conséquences sur le trafic aérien», indique le site du journal. De plus, une source proche de l'affaire affirme que «ces faits de violences volontaires en réunion commises dans un lieu destiné au transport en commun de personnes sont passibles de 7 ans de prison». Cette sombre affaire semble loin d'être terminée...

(L'essentiel/lja)