Vol en France

21 septembre 2021 15:59; Act: 21.09.2021 16:22 Print

Cambriolage de Nabilla: un homme a été incarcéré

Un homme a été mis en examen et incarcéré mardi, après le cambriolage dont ont été victimes en juillet, la vedette de téléréalité et son mari, Thomas Vergara.

storybild

Le cambriolage s'est déroulé pendant leur soirée de mariage. (photo: Instagram)

Sur ce sujet
Une faute?

Un homme a été mis en examen et incarcéré mardi, après le cambriolage dont ont été victimes en juillet, la vedette de téléréalité Nabilla Benattia et son conjoint Thomas Vergara, dans leur chambre d'hôtel à Chantilly (Oise), a indiqué le parquet de Senlis.

Les enquêteurs de la section de recherches d’Amiens ont procédé, lundi, à «l'interpellation d’un homme âgé de 34 ans, de nationalité marocaine, résidant à Creil (Oise), et d’une femme de 41 ans, de nationalité française, également résidante à Creil», a affirmé le parquet, dans un communiqué, confirmant une information de 20 Minutes. «Lors de leurs auditions respectives, ils ont tous deux contesté leur implication dans les faits considérés», a ajouté le parquet, précisant qu'il avait ouvert une information judiciaire du chef de «vol aggravé contre X» le 23 août.

Plus de 150 000 euros

À l’issue de leur garde à vue, ils ont été présentés mardi, au juge d’instruction, et l'homme a été mis en examen. «Déjà condamné à 24 reprises entre 2005 et 2020 pour des faits de natures différentes et déjà mis en examen dans une affaire distincte relative à des faits de vols aggravés, il a été placé en détention provisoire, conformément aux réquisitions du parquet». La seconde personne, «ancienne compagne du mis en examen» et «chez laquelle il réside toujours», a été placée «sous statut de témoin assisté».

Dans la nuit du 6 au 7 juillet, vers 2h40 du matin, la chambre d’hôtel de Nabilla Benattia et de Thomas Vergara avait été la cible d’un vol, au cours duquel «divers biens mobiliers dont des bijoux et des cadeaux de mariage» avaient été «soustraits par un individu non identifié», avait indiqué le procureur de Senlis, Jean-Baptiste Bladier, à l'époque des faits.

«Les faits ont été commis alors que la chambre était inoccupée et sans effraction, l’auteur ayant pénétré dans les lieux par une fenêtre demeurée ouverte», avait-il ajouté, précisant que le préjudice occasionné était estimé à plus de 150 000 euros.

(L'essentiel/AFP)