En France

26 janvier 2020 14:56; Act: 27.01.2020 16:20 Print

Décès de «Michou», célèbre directeur de cabaret parisien

Michou, personnage emblématique des nuits parisiennes, grâce à son célèbre cabaret transformiste, est mort dans la nuit de samedi à dimanche, à l'âge de 88 ans.

storybild

Michel Catty était le vrai nom de «Michou». (photo: AFP/Joel Saget)

Sur ce sujet
Une faute?

Quand il était petit, on l'appelait Mimi. Plus tard, ce fut Chouchou. Un beau jour, il a choisi Michou. Vêtu de bleu de pied en cap, Michou, décédé dimanche à l'âge de 88 ans, a été une figure incontournable de Montmartre, grâce à son célèbre cabaret parisien transformiste. Tous les soirs, pendant soixante ans, il était sur scène pour lancer le show qui a fait sa renommée.

Bien avant la mode des «drag queens», Michou a ouvert la voie en France au transformisme de divertissement en proposant le premier spectacle de l'après-guerre constitué d'hommes se travestissant en femmes pour caricaturer les vedettes de l'époque. Depuis 1956, son minuscule cabaret, devenu référence internationale en la matière et qui a inspiré «La Cage aux folles» à Jean Poiret, ne désemplit pas. Outrageusement maquillées, ses «Michettes» amusaient chaque soir, sur la plus petite scène de Paris, les clients en interprétant après le dîner les stars du moment, «mais sans se moquer !», disait Michou à l'AFP.

«L'homosexuel le plus connu de France»

«On ne les singe pas. Il n'y a jamais de vulgarité. J'y tiens depuis toujours», ajoutait l'homme à la silhouette éternellement bleue, lunettes assorties et permanente blonde reconnaissable entre toutes. «Il y a beaucoup de respect dans nos caricatures. Nous adorons nos victimes et elles le savent bien. Dalida adorait venir se voir plus délirante que jamais!», se félicitait «l'homosexuel le plus connu de France», selon ses termes. «Je suis populaire et ça me rend très heureux. J'ai la chance d'être un homosexuel notoire et aimé. Partout, on me reconnaît et on me salue avec beaucoup de gentillesse», soulignait cet exubérant «gars du Nord», adepte de l'auto-dérision, débarqué à Paris à 17 ans en 1948.

Pour Mardi-Gras 1956, Michel Catty pour l'état-civil qui gère alors un simple bar au 80 rue des Martyrs, lance un défi à deux amis: se travestir en femmes célèbres pour un soir. Michou choisit Brigitte Bardot. Le succès est immédiat: dès le lendemain, le trio recommence, bientôt rejoint par d'autres «Michettes», serveurs et barmen avant de troquer chaque soir le tablier pour leurs habits de lumière, perruques et faux-cils. «À l'époque, il fallait être inconscient et ambitieux!», estime Michou. «Je n'ai finalement pas eu de problèmes et la machine était lancée. Depuis longtemps, je rêvais d'un endroit de fête où l'on s'amuse vraiment. J'avais enfin trouvé la recette!».

Fin du cabaret

Michou, icône la plus populaire des nuits parisiennes, et son cabaret sont devenus des symboles français, aussi prisé que le Moulin-Rouge, le Lido et le Crazy Horse. Figure du show-biz au style exubérant, Michou, fait chevalier de la Légion d'honneur en 2005, n'a jamais oublié ses origines modestes: il invitait chaque mois dans son cabaret les personnes âgées de Montmartre. Pour ses 80 ans, ce grand amateur de champagne (sa «fontaine de jouvence», à raison de deux bouteilles par jour) avait organisé un spectacle sur la scène du Trianon à Paris. De nombreuses personnalités, de Jean Paul Gaultier à Nana Mouskouri, avaient répondu présent pour célébrer «le prince bleu de Montmartre», titre de ses mémoires parues fin 2017.

Il y révélait ses dernières volontés: être enterré dans un cercueil bleu et que le cabaret à son nom s'arrête à sa mort.«Je veux que cette maison disparaisse avec moi. Cela peut paraître prétentieux, mais le cabaret ne me survivra pas», confiait-il, à 87 ans. De Michou, Jacques Brel, qui a été l'un de ses plus proches amis, a dit un jour à Bernard Dimey, auteur de chansons: «Je l'aime beaucoup, parce que c'est un homme, un vrai et que dans la vie, on n'en rencontre pas tellement».

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Angelo51 le 26.01.2020 15:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oh c'est tellement triste, je l'avais vu dans un reportage télé encore récemment, filmé chez lui avec son mari et son chien. Je suis très attristé. RIP Michou, là haut au cabaret éternel, où aussi là amuseras les gens ...

  • Grand Maître le 26.01.2020 16:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Triste journée !Aujourd'hui le ciel est BLEU. Salut MICHOU......

  • cerise le 27.01.2020 08:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La belle epoque triste que tous ceux la s en vont

Les derniers commentaires

  • cerise le 27.01.2020 08:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La belle epoque triste que tous ceux la s en vont

  • Non c'est pas moi le 26.01.2020 21:22 Report dénoncer ce commentaire

    Moi j'ai été censuré. On ne peut plus dire quand on n'aime pas ....

  • superpapa le 26.01.2020 17:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tiens...je vais reprendre du jambon moi....

  • superpapa le 26.01.2020 16:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ouais et ????

  • Non c'est pas moi le 26.01.2020 16:13 Report dénoncer ce commentaire

    Cela restera un exemple pour nos enfants....