France

26 octobre 2017 12:56; Act: 26.10.2017 13:06 Print

Depardieu, le «Monstre», la mort et le Coran

L'acteur français se confie dans un livre intitulé «Monstre», qui paraît ce jeudi, dans lequel il se confie, dévoilant sa rage et ses faiblesses.

storybild

Gérard Depardieu est l'une des figures incontournables du cinéma français.

Sur ce sujet

«La mort ne me soucie pas», confie Gérard Depardieu dans un livre de confidences, souvent noires et amères, à paraître jeudi et dans lequel l'acteur français, âgé de 68 ans, dévoile autant sa rage que ses fêlures.

«Monstre» est, à l'image de sa couverture, un livre sombre, même si le comédien y affirme d'emblée que «chaque jour, chaque heure, chaque instant, il faut vivre», une phrase aux accents tchékhoviens. La mort, affirme le comédien, «ce n'est pas un point d'interrogation, c'est un joli point d'exclamation sur le vécu». «La mort est chose normale, sage. Il faut s'y préparer».

Le dernier «Indien»

Le printemps dernier, le dessinateur Mathieu Sapin avait su montrer dans son album «Gérard, cinq années dans les pattes de Depardieu» la vérité d'un homme toujours sur le fil du rasoir. A la fois «grande gueule» et d'une terrible fragilité. Cette fois, c'est Depardieu lui-même qui se découvre, se voyant comme le dernier «Indien», fatigué «de la norme, des calibres, des modèles» et louant au contraire «la violence de l'excès».

Dans le livre, découpé en courts chapitres, Depardieu revient sur son enfance misérable dans le Berry en évoquant notamment en quelques lignes poignantes la figure de son père «Dédé» qui «n'avait jamais vu la mer», sa découverte du théâtre, les premières rencontres qui ont changé sa vie: Claude Régy, Marguerite Duras... puis, plus tard, ceux qu'il nomme par leur seul prénom: Bernardo (Bertolucci), Marco (Ferreri) ou encore François (Truffaut).

Éloge de Zweig et Houellebecq

Est-ce de la nostalgie? L'acteur qui avoue avoir «toujours été attiré par le désert» ne se reconnait plus dans le monde dans lequel il vit. Il y a assurément du Alceste (le personnage du Misanthrope de Molière) chez lui.

A plusieurs reprises, Gérard Depardieu revient sur le destin tragique de l'écrivain autrichien Stefan Zweig (auquel il consacre un chapitre entier). «Comment continuer à avancer dans une civilisation qui peu à peu, perd ses raisons d'être?», s'interroge le comédien, reprenant à son compte une réflexion de l'auteur d'«Amok» qui s'est suicidé en février 1942, hanté par l'agonie du monde. La lecture de Zweig est «indispensable», insiste Gérard Depardieu qui estime, même s'il ne s'y résigne pas, que le monde court vers «le vide».

Parmi les auteurs contemporains, il n'y a guère que Michel Houellebecq qui trouve grâce à ses yeux. «Houellebecq nous montre un peu l'écho de ce vide», estime Depardieu.

Le Coran

Déplorant «le manque de désir et de sensualité» qui caractérise selon lui l'époque, l'acteur confie «relire le Coran» quand il a «envie de sensualité». «Dans la description du paradis d'Allah, on trouve une vraie vision du désir», écrit-il en soulignant que «ça n'a rien à voir avec l'image du paradis qu'en ont ces abrutis qui n'ont jamais lu le Coran et qui sont persuadés que 72 vierges leur sont promises s'ils mettent sept slips avant de se faire sauter la panse en public».

Reconnaissant qu'il n'a «plus l'insouciance de la quarantaine ou même de la cinquantaine», le comédien admet se laisser «abattre plus facilement».

«J'aime toujours la France»

Revenant sur son soi-disant désamour de la France, l'acteur convient qu'il «préfère être libre que Français». «Mais, ajoute-t-il aussitôt, ce n'est pas pour autant que je renie ce pays.» «Qu'on arrête de mettre ça dans la tête des gens», plaide-t-il. «Si j'avais envie de foutre le camp, ce serait fait depuis longtemps.»

«J'aime toujours la vie et j'aime toujours la France», martèle le comédien qui reconnait aussi avoir trouvé en Russie, «dans la région de Saransk», «de quoi reprendre espoir».

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • kimi panda. le 26.10.2017 20:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je le kif ce type

  • Phoenix le 26.10.2017 16:25 Report dénoncer ce commentaire

    Sacré Gérard, difficile à cerner et même s'il est parfois dérangeant j'ai toujours de l'admiration pour sa liberté de ton et de pensée.

  • libre penseur le 26.10.2017 20:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    un homme libre :) il est fascinant ..

Les derniers commentaires

  • nico57 le 28.10.2017 10:55 Report dénoncer ce commentaire

    passe boire une bière quand tu veux Gérard

  • Yousdulux le 28.10.2017 07:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il l'est toujours. Un sacré bonhomme

  • Ancien le 27.10.2017 06:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'ÉTAIT un grand acteur!

  • libre penseur le 26.10.2017 20:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    un homme libre :) il est fascinant ..

  • kimi panda. le 26.10.2017 20:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je le kif ce type