Emily Ratajkowski

16 avril 2017 12:49; Act: 16.04.2017 12:56 Print

Emrata veut être un sex-​​symbol féministe

L'actrice Emily Ratajkowski est déterminée à lutter contre les personnes qui la jugent comme un sex-symbol à tête vide. Elle se défend dans «Marie Claire».

storybild

Emily Ratajkowski est maintenant plus pointilleuse sur les projets qu'elle accepte. (photo: Instagram)

Sur ce sujet
Une faute?

Emily Ratajkowski a connu la gloire grâce au clip de Blurred Lines de Robin Thicke, et a depuis tenu des rôles dans des films tels que «Gone Girl» et «We Are Your Friends». Elle est également connue pour avoir partagé des images sexy sur les réseaux sociaux, mais a déclaré dans une nouvelle interview avec le magazine Marie Claire que ce n'est pas parce qu'elle est fière de sa sexualité qu'elle ne peut pas défendre les droits des femmes.

«Dans tous les profils écrits à propos de moi, il y a: "Elle est tellement sexuelle, c'est vraiment un sex-symbol", ou alors "Mais, wow, elle s'y connaît en politique"». Et ça c'est sexiste en soi. Pourquoi ça doit être soit l'un soit l'autre?» La jeune actrice a deux films en post-production: «In Darkness», dans lequel elle joue aux côtés de Natalie Dormer et Joely Richardson, et le film d'amour «Cruise».

Un essai sur les différences de genre

Bien que son physique avantageux lui ait permis par le passé d'obtenir une variété de rôles, Emily Ratajkowski est maintenant plus pointilleuse sur les projets qu'elle accepte. «Travailler avec des réalisateurs inattendus et cool sur des bons projets m'intéresse plus que d'être dans un grand film où on est en bikini, a-t-elle ajouté. Je refuse beaucoup de films, mais je dois me battre pour ceux que je veux vraiment».

Emily Ratajkowski a récemment rédigé un essai pour Glamour, dans lequel elle expliquait que ce n'est pas acceptable que les femmes soient accusées de vouloir attirer l'attention plus souvent que les hommes, que ce soit pour parler de problèmes politiques, en s'habillant d'une certaine façon ou même en publiant des selfies. «Il est absurde de penser que le désir d'attention ne motive pas aussi bien les femmes que les hommes, disait-elle dans l'essai. Pourquoi les femmes sont-elles passées au crible davantage? Et si une femme s'habille parce qu'elle veut attirer l'attention, masculine ou autre, cela la rend-elle coupable de quelque chose? Ou moins «sérieuse»? Notre société ne remet pas en question les motivations des hommes quand ils enlèvent leur chemise, ou se rasent ou parlent de politique, et c'est très bien comme ça. Chercher à attirer l'attention n'a pas de genre. C'est humain».

(L'essentiel)