Mort de Kobe Bryant

12 février 2020 12:23; Act: 12.02.2020 12:58 Print

Gianna et Kobe ont été enterrés dans l'intimité

La star des Lakers et sa fille ont été inhumés vendredi dernier, lors d'une cérémonie privée. Ils reposent à Corona del Mar.

storybild

Gianna et Kobe Bryant, le 29 décembre dernier au Staples Center de Los Angeles, à l'occasion du match entre les Lakers et les Dallas Mavericks. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Selon le média américain Entertainment Tonight (ET), Kobe Bryant et sa fille Gianna ont été enterrés au cours d'une cérémonie privée qui a eu lieu vendredi passé, deux semaines après l'accident d'hélicoptère qui leur a été fatal ainsi qu'aux sept autres passagers. Kobe et Gianna, fauchés à respectivement 41 ans et 13 ans, reposent désormais au Parc mémorial et mortuaire de Pacific View, à Corona del Mar, un cimetière situé à une quarantaine de kilomètres au sud du centre de Los Angeles et qui surplombe Newport. Ils ont pour voisin, notamment, un certain John Wayne, légende du cinéma américain.

«Vanessa (NDLR: épouse de Kobe et maman de Gianna) et sa famille voulaient un service privé pour pleurer leur perte, a indiqué une source à ET. La cérémonie a été extrêmement difficile pour tout le monde, car il leur est encore difficile de comprendre qu'ils ont perdu deux belles âmes». L'ancienne star des Lakers laisse derrière lui sa femme Vanessa et leurs trois autres filles, Natalia (17 ans), Bianka (3 ans) et Capri (7 mois).

En plus de ces funérailles privées, une cérémonie mémoriale publique sera organisée le lundi 24 février prochain au Staples Center de Los Angeles, où Bryant a effectué toute sa carrière. Le 24 février, donc le 24 du 2 de l'année 20. «24» comme le numéro que portait Kobe Bryant depuis 2006, «2» comme celui que Gianna arborait dans son club de basket des Huskies où elle était destinée à une belle carrière, enfin «20» comme le nombre d'années durant lesquelles Kobe a porté le maillot des Lakers.

L'épouse de Kobe a d'ailleurs posté mardi sur Instagram une publication dans laquelle elle explique à quel point elle n'arrive pas à accepter la disparition de son mari et de sa fille. «J'ai hésité à exprimer mes sentiments par des mots, écrit-elle. Mon cerveau refuse d'accepter que Kobe et Gigi soient partis. Je ne peux pas admettre (le fait qu'ils soient morts) les deux en même temps. J'essaie de travailler sur le fait que Kobe soit parti, mais mon corps refuse d'accepter que ma Gigi ne reviendra plus jamais. Cela sonne faux. Pourquoi devrais-je être capable de me réveiller un jour de plus, quand ma fille chérie n'est plus à même d'en avoir l'opportunité? Je suis tellement en colère. Elle avait tellement à vivre. Mais je me rends compte que je dois être forte, et présente pour mes 3 filles. Je ne suis pas avec Kobe et Gianna, mais heureusement je suis là avec Nataia, Bianka et Capri. Je sais que ce que je ressens est normal. Cela fait partie du processus de deuil. Je voulais juste le partager (...). Dieu, ce que je peux souhaiter qu'ils soient ici et que ce cauchemar soit terminé!».

Vanessa Bryant a accompagné sa publication d'une vidéo où on voit sa fille Gianna, dans ses œuvres, sur un parquet de basket.

Voir cette publication sur Instagram
I've been reluctant to put my feelings into words. My brain refuses to accept that both Kobe and Gigi are gone. I can't process both at the same time. It's like I'm trying to process Kobe being gone but my body refuses to accept my Gigi will never come back to me. It feels wrong. Why should I be able to wake up another day when my baby girl isn't being able to have that opportunity?! I'm so mad. She had so much life to live. Then I realize I need to be strong and be here for my 3 daughters. Mad I'm not with Kobe and Gigi but thankful I'm here with Natalia, Bianka and Capri. I know what I'm feeling is normal. It's part of the grieving process. I just wanted to share in case there's anyone out there that's experienced a loss like this. God I wish they were here and this nightmare would be over. Praying for all of the victims of this horrible tragedy. Please continue to pray for all.Une publication partagée par Vanessa Bryant ? (@vanessabryant) le 10 Févr. 2020 à 11 :14 PST

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Mimi le 12.02.2020 14:51 Report dénoncer ce commentaire

    "intimité"... c'est bien la seule fois dans cette histoire alors qu'on peut parler d'intimité...on ne parle que de ça alors je trouve ça drôle de faire acte que la cérémonie, elle, s'est faite en toute intimité...

Les derniers commentaires

  • Mimi le 12.02.2020 14:51 Report dénoncer ce commentaire

    "intimité"... c'est bien la seule fois dans cette histoire alors qu'on peut parler d'intimité...on ne parle que de ça alors je trouve ça drôle de faire acte que la cérémonie, elle, s'est faite en toute intimité...

    • Respect le 12.02.2020 18:29 Report dénoncer ce commentaire

      Perso je pense à la douleur de sa femme, de ses enfants. Tout le reste n'est que blabla...