Laurent Artufel

27 octobre 2020 08:58; Act: 27.10.2020 10:08 Print

«Hanouna ne m'a pas aidé quand j’étais en difficulté»

À l’affiche d’une pièce de théâtre, Laurent Artufel sort un livre percutant sur son parcours dans l’univers impitoyable du showbiz.

storybild

Laurent Artufel a été l'attaché de presse d'Hanouna.

Sur ce sujet
Une faute?

Révélé dans les années 2000 au cinéma, puis à la télévision en tant qu’animateur, Laurent Artufel a vécu des expériences hors du commun dans le milieu du showbiz. Si certaines célébrités qu’il a connues l’ont enchanté, d’autres l’ont grandement déçu, révèle-t-il dans son autobiographie poignante «Les plus gentils ne sont pas ceux que vous croyez». Après une longue pause médiatique, l’artiste français de 43 ans fait son retour au théâtre dans la pièce «Hasta La Vista» dès décembre 2020. Laurent y donnera notamment la réplique à Vincent McDoom et Pascal Olmeta, qui se retrouvent sur les planches après leur participation à «La Ferme Célébrités», en 2004 sur TF1.

Pourquoi avez-vous écrit votre autobiographie à 43 ans, «Les plus gentils ne sont pas ceux que vous croyez»?

Je l’ai écrite dans ce fameux tournant de la quarantaine que nous traversons tous… Et qui s’est ajouté à un accident de parcours. Nous avons tous un jour ou l’autre notre accident de parcours… qu’il soit personnel ou professionnel. J’ai vu des psys afin de leur raconter ma vie, mais ça ne m’a pas soulagé, au contraire cela m’a angoissé car j’avais plus de conversation qu’eux… et au final c’est moi qui posais les questions! Alors un jour, j’ai pris un papier et un stylo et en commençant à écrire ma vraie histoire, je me suis rendu compte que j’avais beaucoup de choses à dire. Au départ, c’était pour moi que j’écrivais ça, comme un journal intime, un exutoire. Le fait de poser mes mots sur mes maux m’a fait du bien. J’ai écrit ce livre en deux mois, un chapitre par jour… Un accouchement difficile, mais nécessaire.

Vous êtes à la fois journaliste, animateur, comédien. Comment vous définissez-vous?

À la base, je suis un acteur, mais j’aime aussi ma fonction de journaliste, d’animateur ou de directeur artistique.En Europe, on enferme les gens dans des cases. Moi j’aime tout faire, je m’adapte à tous les publics. Aux États-Unis, on appelle «entertainers» les artistes capables de faire plusieurs choses (danse, chant, musique, animation, magie). Je ne prône pas la culture américaine, mais sur ce point-là, les Américains sont en avance sur nous. La France est trop conservatrice.

Dans votre livre, on découvre que vous avez eu du culot face à des célébrités et que vous avez osé les remettre en place quand elles vous ont déçu. Pensez-vous que votre audace vous a joué des tours?

Je reconnais que je suis impulsif. Je me suis corrigé. J’étais jeune à cette époque. Mais je pense être réglo avec moi-même et avec les autres. Quand j’ai en face de moi des célébrités qui se disent honnêtes et qui ne le sont pas en réalité, ça me dérange. Je ne suis impressionné par aucune personnalité. J’aime les relations vraies et sincères et je dis les choses aux gens en face. Je fonctionne comme ça même si ça peut me jouer des tours ou me griller dans ma carrière. Je ne suis pas un calculateur, je suis un homme libre et la liberté n’a pas de prix…

Vous avez été déçu par Cyril Hanouna avec lequel vous avez travaillé...

J’ai effectivement été son attaché de presse, il y a quelques années. Je l’ai soutenu lorsqu’il était au creux de la vague. C’est moi qui le conduisais et l’accompagnais lors de ses apparitions dans des émissions. Cette proximité, cette intimité m’ont poussé à lui apporter toute mon aide et mon soutien à de multiples reprises, n’hésitant pas ensuite à lui faire profiter de ma notoriété et de ma position au sein de France 2. J’ai vraiment tout fait pour lui. En revanche, quand les choses se sont inversées, lui connaissant l’ascension que l’on sait, et moi en manque de projets, j’ai plusieurs fois sollicité son aide et n’ai plus eu aucune réponse de sa part. Au final, c’est une personne qui ne tient pas parole. Il n’a pas eu l’élégance de m’aider quand j’étais en difficulté, c’est dommage mais ça ne m’étonne pas. De toute façon quand on soutient Jean-Marc Morandini on ne peut pas être une bonne personne (rires).

L’univers du showbiz est donc si impitoyable?

Il est vrai que ce milieu est dur, mais je suis convaincu qu’il n’y a pas que des enfoirés. On peut réussir dans le cinéma, le théâtre, la télé, sans être un faux-cul ou un traître. Il y a des bonnes personnes.

Vous avez fait une retraite d'un mois dans un monastère, en France, en novembre 2017. Que vous a apporté cette expérience?

On revient à l’essentiel, à l’échange avec l’autre. J’ai sûrement été une tête à claques à un moment donné dans ma carrière. Je me rappelle que je ne savais même pas ce qu’était un SMIC (NDLR: salaire minimum en France). J’étais déconnecté de la réalité. Dans ce monastère, j’ai retrouvé des vraies valeurs et cela m’a remis sur les rails de la vie.

Vous allez jouer dans la pièce de théâtre «Hasta La Vista». Qu'est-ce qui vous a donné envie de vous lancer dans cette nouvelle aventure?

Cela faisait cinq ans que je n’étais pas remonté sur scène et ça me manquait énormément. Je connais aussi presque toute l’équipe de comédiens de cette pièce: Vincent McDoom, qui est un ami avec qui j’ai présenté des émissions et qui est une belle personne, contrairement à l’image superficielle qu’il peut renvoyer. Je connais aussi très bien Natacha Amal et Pascal Olmeta, qui sont aussi des gens de qualité. Je suis donc très heureux de refaire mon boulot. J’ai le rôle d’un homme politique un peu coincé, un personnage à l’opposé de moi, ce qui est très drôle. C’est une comédie de boulevard très bien écrite et ancrée dans notre époque.

(L'essentiel/Ludovic Jaccard)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • VIVALUXEMBOURG le 27.10.2020 20:29 Report dénoncer ce commentaire

    Qui pense encore qu'Hanouna est le plus gentil des animateurs du PAF en France? Personne.

  • Motmot le 27.10.2020 19:14 Report dénoncer ce commentaire

    HANOUNA, impossible à voir plus de 3 secondes à l'écran. Personne immédiatement perfide ne voulant que du sensationnel et pourtant hyper mal instruit... Que fait-il de bon sur les chaînes... Rien, il n'a même pas le bon bagout...

  • Baron Rouge le 27.10.2020 18:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mec va travailler à l’usine comme les gueux tu comprendra la vraie vie ! Ou comme plâtrier dans le bâtiment ils y à bcp de taff !

Les derniers commentaires

  • VIVALUXEMBOURG le 27.10.2020 20:29 Report dénoncer ce commentaire

    Qui pense encore qu'Hanouna est le plus gentil des animateurs du PAF en France? Personne.

  • Motmot le 27.10.2020 19:14 Report dénoncer ce commentaire

    HANOUNA, impossible à voir plus de 3 secondes à l'écran. Personne immédiatement perfide ne voulant que du sensationnel et pourtant hyper mal instruit... Que fait-il de bon sur les chaînes... Rien, il n'a même pas le bon bagout...

  • Baron Rouge le 27.10.2020 18:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mec va travailler à l’usine comme les gueux tu comprendra la vraie vie ! Ou comme plâtrier dans le bâtiment ils y à bcp de taff !

  • Nico57 le 27.10.2020 15:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    J'adore cet acteur Laurent Artufel, tellement mignon. Il était pris mais il s'est divorcé de son mari alors qui sait, un cœur à prendre ?

  • Jeanguyguy le 27.10.2020 10:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Encore un qui fait parler de lui en utilisant le nom des autres.