Machine Gun Kelly

02 décembre 2020 07:39; Act: 02.12.2020 11:07 Print

Il veut chasser ses vieux démons

Le rappeur Machine Gun Kelly a entrepris une thérapie, afin de mettre fin à sa consommation de drogues. Sa chérie, Megan Fox, l’aide dans cette épreuve.

storybild

À 30 ans, Machine Gun Kelly, qui vient de sortir son cinquième album, souhaite désormais mener une vie saine. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Fini les paradis artificiels, Machine Gun Kelly, de son vrai nom Colson Baker, veut prendre soin de lui. Pour se sortir de la drogue, l’Américain de 30 ans a commencé une psychothérapie, jeudi 26 novembre 2020. «J’ai eu ma première séance et c’est la première fois que j’ai eu besoin de faire la séparation entre ces deux personnes qui sont Machine Gun Kelly et Colson Baker. La dichotomie est trop intense pour moi», confie-t-il au magazine «Interview».

N’étant qu’au début de son traitement, l’artiste sait qu’il faudra du temps pour que sa santé mentale s’améliore. «Je pense que les outils qu’on me donne m’aident, mais je m’arrache toujours les cheveux en me demandant pourquoi je ne change pas en une nuit. Comment puis-je méditer pendant 10 minutes alors que je n’arrive pas m’asseoir et être tranquille juste deux minutes, sans être distrait par quelque chose? C’est vraiment dur». Face à ce défi, le papa d’une fillette de 12 ans reste néanmoins courageux et remarque déjà des effets positifs: «Ce changement de vie est inspirant et je pense qu’il se répercutera à travers ma famille. Je peux déjà le voir autour de moi».

Dans cette épreuve, Machine Gun Kelly peut aussi compter sur le soutien de sa copine, l’actrice Megan Fox, avec laquelle il sort depuis juin 2020: «Cela aide vraiment d’avoir un partenaire à vos côtés pendant ces nuits sombres où vous transpirez et que vous ne savez plus qui vous êtes dans votre tête».

(L'essentiel/Ludovic Jaccard)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.