Football/Accusations

23 juillet 2019 10:48; Act: 23.07.2019 11:14 Print

«Interdit de parler» de l'affaire Ronaldo à la Juve

Petronella Ekroth, ex-joueuse suédoise de la Juventus Turin, a dénoncé des pressions au sein du club italien concernant les accusations de viol autour de Cristiano Ronaldo.

storybild

Petronella Ekroth a dénoncé une ambiance pesante au sein du club où les joueuses n'étaient pas libres de leurs paroles. (photo: Instagram: @pekroth)

Sur ce sujet
Une faute?

Cet été, Petronella Ekroth a quitté la Juventus de Turin, après une saison seulement au sein du club italien. La joueuse suédoise a quitté le Piémont après avoir réussi un doublé Coupe-championnat avec l'équipe féminine. Elle a rejoint le club de Djurgårdens, en banlieue de Stockholm. La femme de 29 ans s'est confiée au quotidien Expressen sur sa saison en Italie. Elle évoque notamment l'ambiance délétère qui régnait à la Juventus, confiant se sentir «un peu comme si j'étais en prison» puisqu'il était «interdit de parler» de l'affaire de viol de Cristiano Ronaldo.

«Il était interdit d'évoquer cette affaire. Nous avons dû rester silencieuses et nous ne pouvions pas en parler. La seule chose à faire était de rester discrètes et de respecter les valeurs du club, a détaillé Petronella Ekroth, au quotidien suédois. Je n'ai rien dit parce que j'ai senti que mon avis ne comptait pas. C'était un peu comme si j'étais en prison. Je ne pouvais vraiment pas faire ce que je voulais. (...) Vous pouvez montrer un côté de la médaille, mais il reste encore beaucoup à cacher, des choses qui ne peuvent pas être montrées».

Dans cette optique, un départ du club transalpin semblait inévitable cet été. Cristiano Ronaldo avait été accusé de viol par une Américaine après une soirée à Las Vegas en 2009. Lorsque l'affaire avait éclaté, en octobre 2018, la Juventus avait posté un message de soutien à son joueur sur Twitter. «Les événements, qui remontent prétendument à près de dix ans, ne changent pas notre opinion sur lui», affirmait notamment le club.

Lundi, la justice américaine a décidé de ne pas inculper Cristiano Ronaldo, faute de preuves.

Voir cette publication sur Instagram
-19 I'M READY FOR YOU?Une publication partagée par Petronella Ekroth (@pekroth) le 1 Janv. 2019 à 7 :59 PST

(L'essentiel/Sport-Center)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • madmed le 23.07.2019 11:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    j'ai pas compris la. on en parle pas parce que c'est une affaire entre deux personnes. a moins qu'elle veuille faire la gazette du jour et discuter de commérages..je ne vois pas en quoi elle aurait un sentiment d'être emprisonnée.. du gros n'importe quoi en fait..

  • dulux le 23.07.2019 15:05 Report dénoncer ce commentaire

    C'est normal, n'importe quel societe demanderait a ce que seul le service communication parle. Je ne vois pas le probleme, en tant que salarie du club il faut respecter sa communication.

  • Jean le 23.07.2019 17:01 Report dénoncer ce commentaire

    Quoiqu'il en soit l'affaire a éte classée, point.

Les derniers commentaires

  • liter manshift le 25.07.2019 16:46 Report dénoncer ce commentaire

    Parler de quoi? la justice américaine vient de débouter la plaignante, si chaque fois qu un footballeur est accuse de viol il faut lui faire un procès dans la rue on a pas fini.

  • cocou le 24.07.2019 12:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    joao oui kan on voit ses ex comme vous dites, son boxeux marocain ces sa, ben moi perso sa me fait pas rever...

  • pat le 23.07.2019 23:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Que les personnes s'occupent de ce qui leur regarde.

  • Jean le 23.07.2019 17:01 Report dénoncer ce commentaire

    Quoiqu'il en soit l'affaire a éte classée, point.

  • dulux le 23.07.2019 15:05 Report dénoncer ce commentaire

    C'est normal, n'importe quel societe demanderait a ce que seul le service communication parle. Je ne vois pas le probleme, en tant que salarie du club il faut respecter sa communication.

    • Trop facile l'argument... le 24.07.2019 13:36 Report dénoncer ce commentaire

      Elle ne dit pas qu'il était interdit d'en parler a la presse, elle dit qu'il était interdit d'en parler...ce qui sous entend que meme entre elles dans les vestiaire ou quoi, elle ne pouvaient pas en parler ou évoquer l'affaire...et la c'est un autre problème que celui de la communication officielle du club ( société) ....en tant qu'employée, qu'elle ne parle pas au nom du club est une chose, qu'elle soient interdites d'en parler entre elles en est une autre!

    • john rudiit le 25.07.2019 16:49 Report dénoncer ce commentaire

      Et ca sers a quoi de parler d une affaire dont on ne connait que ce qu il y a dans la presse ,un club professionnel n est pas le café de la gare, la plaignante a ete déboutée et connaissant les américains c est qu il n y a avait rien de chez rien de concret dans le dossier.