Aux États-Unis

13 mai 2019 09:15; Act: 13.05.2019 12:45 Print

«J'appelle à une grève du sexe. Faites passer»

L'actrice américaine Alyssa Milano, 46 ans, entend défendre les droits à l'avortement, en appelant carrément les femmes à boycotter les plaisirs de la chair.

storybild

La star de Charmed souhaite que les femmes suivent son appel. (photo: Image Press Agency)

Sur ce sujet
Une faute?

Alyssa Milano appelle toutes les femmes à faire «une grève du sexe», afin de défendre le droit à l'avortement dans un contexte politique très tendu. En effet, le gouvernement de l’État de Géorgie a décidé de ratifier une loi interdisant l'interruption de grossesse aux femmes, dès que les battements du cœur du fœtus peuvent être entendus.

Une décision qui n'a pas manqué de faire réagir l'actrice, très engagée pour les droits des femmes. «Rejoignez-moi et boycottez le sexe, jusqu'à ce que nous ayons retrouvé notre autonomie physique. J'appelle à une grève du sexe. Faites passer», a-t-elle écrit sur Twitter. Pour accompagner son message, l'ex-star de la série Charmed a partagé une photo d'un X rose avec le hashtag #SexeStrike.

(L'essentiel/szu)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Noremorse le 13.05.2019 13:07 Report dénoncer ce commentaire

    A la force de faire du féminisme extrémiste, et cette vendetta contre les hommes , le "sexe faible" un jour va s'en mordre les doigts.

  • Y'a du niveau le 13.05.2019 14:38 Report dénoncer ce commentaire

    Tant mieux, ainsi elle aura moins de chance de se reproduire...

  • Eric le 13.05.2019 14:07 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi ? Plus personne ne veut d'elle, alors les autres vont devoir s'en passer aussi ?

Les derniers commentaires

  • aussi une vérité le 14.05.2019 07:50 Report dénoncer ce commentaire

    Elle a entièrement raison. Seulement les bornés réussissent de faire oppression aux femmes en clamant de sauvegarder la liberté humaine.

  • citoyen le 14.05.2019 04:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pas grave c'est au états unis ici on est tranquille ouffff

  • Sterling le 13.05.2019 14:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Opinion je pense que l'idée est que si elles ne peuvent pas avoir de plaisir sans risques, alors les hommes non plus. Si les hommes étaient physiquement capables d'une grossesse, leurs droits réproductifs ne seraient pas tant remis en question.

  • Lucien Cheval le 13.05.2019 14:40 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo! C'est une excellente initiative.

  • Y'a du niveau le 13.05.2019 14:38 Report dénoncer ce commentaire

    Tant mieux, ainsi elle aura moins de chance de se reproduire...