Malaury Nataf

18 octobre 2012 09:46; Act: 21.10.2012 19:05 Print

«J'en suis à mon 74e jour dans la rue»

Dix jours après avoir disparu de la circulation, la comédienne SDF Mallaury Nataf s’est présentée dans les locaux du quotidien français «20 minutes», pour dénoncer le système social français.

Sur ce sujet
Une faute?

Mercredi 17 octobre au matin, les journalistes du quotidien français 20 minutes ont eu une surprise plutôt étonnante: Mallaury Nataf est venue sonner à leur porte. L’ex-star de la série «Le miel et les abeilles» avait été découverte le 7 octobre à l'aube dormant dans la rue avec son fils de 3 ans. Elle avait quitté le poste de police en refusant l’aide des services sociaux et n’avait pas donné de ses nouvelles depuis.

«J’en suis à mon 74e jour dehors», a-t-elle expliqué d'emblée. «Je ne dors pas vraiment dans la rue, mais dans les parcs». Sa situation de SDF, elle la vit péniblement: «À partir du moment où vous n’avez plus d’argent dans ce pays vous êtes un pestiféré, les gens osent à peine vous serrer la main, des fois que ça s’attrape». Si elle est restée discrète après avoir été découverte dans la rue c’est qu’elle avait besoin de temps pour «digérer» le fait que son fils lui «a été enlevé pour la seconde fois». Elle a attendu plus d’une semaine avant de se rendre à la Ddass pour avoir des nouvelles de Shiloh, son garçon de trois ans. Des nouvelles plutôt rassurantes: «Il est dans un palais avec seulement 24 enfants, mais dans lequel la mère ne peut voir son enfant qu’1h30 par semaine».

«Un système qui dysfonctionne»

L’'actrice est maintenant en train de réunir des documents pour faire appel de cette décision et tenter de récupérer la garde de son fils. «Tous les jours je suis debout à 7h du matin et je termine à minuit, pour faire toutes les démarches», dit-elle. Elle a déjà trouvé un avocat qui a accepté de s’occuper de son cas... par pitié. «Je l’ai trouvée effondrée sur mon palier, je n’ai pas pu faire autrement», a expliqué MeAchouch à 20minutes.fr.

Mais pourquoi avoir refusé l’aide des services sociaux le 7 octobre? «Une femme absolument exécrable, la même qui m’avait enlevé une première fois mon enfant me dit qu’on va me trouver une place à Ivry, alors qu’il y a des places sur Paris, dénonce Mallaury. Je ne peux pas faire 3h30 de transports pour faire plaisir à cette femme qui fait partie d’un système qui dysfonctionne». La jeune femme est très remontée contre le système social de son pays et a bien l’intention de profiter de l’intérêt des médias sur sa personne pour se faire entendre. «Comme rien n’a bougé depuis un an, je suis venue informer les Français à travers mon cas de l’énorme problème qu’il y a dans la filière sociale, explique-t-elle. Nos services sociaux travaillent dans le vide».

Mallaury Nataf a donc décidé de pallier elle-même à la situation en créant une association, «Les Maisons du cœur». C’est son nouvel objectif, en plus de retrouver son fils. Puis, elle tentera de trouver un boulot normal». Mais surtout, elle envisage de «quitter la France aussi tôt que possible» pour aller vivre à New York. Avec quels moyens? Le mystère demeure. Le 24 octobre, elle devrait quitter la rue pour l’hiver et s’installer en colocation avec une femme qui a «elle-même connu une situation difficile» et qui l’avait recueillie le 7 octobre au soir. En attendant, elle ne sait pas où elle dormira...

(L'essentiel Online/fab)