Accusations à Hollywood

10 janvier 2018 10:59; Act: 10.01.2018 11:40 Print

James Franco nie les agressions sexuelles

L'acteur américain James Franco nie avoir agressé sexuellement plusieurs femmes. Il assure soutenir le mouvement «Time's Up».

L'Américain de 39 ans a été invité sur le plateau de l'émission "The Late Show with Stephen Colbert", mardi 9 janvier 2018.

Sur ce sujet
Une faute?

Depuis la soirée des Golden Globes, qui s'est déroulée dimanche dernier, James Franco est accusé par plusieurs femmes d'agressions sexuelles, sur Twitter. Invité sur le plateau du «Late Show with Stephen Colbert», mardi soir, l'acteur a nié les faits.

«Je n'ai pas lu ce dont on m'accuse. J'en ai juste entendu parler. Tout ce que je peux dire, c'est que ce n'est pas exact», a-t-il dit, mentionnant particulièrement la déclaration de l'actrice Ally Sheedy, qui s'était outrée de l'hypocrisie du comédien, qui portait un pin's «Time's Up» pour lutter contre le harcèlement sexuel durant la cérémonie.

Celui qui a reçu une récompense pour le film «The Disaster Artist» assure ne pas comprendre sa réaction: «Je ne lui ai jamais rien fait. J'ai juste travaillé avec elle dans une pièce de théâtre. Elle était très sympathique, je la respecte beaucoup. Je ne comprends pas», a-t-il expliqué, avant d'ajouter: «Je soutiens totalement toutes ces femmes qui parlent. Je ne veux pas les faire taire. Je suis pour le changement. Si j'ai fait quelque chose de mal, je le réparerais».

Suite au scandale, le New York Times a annulé la venue de la star dans son émission «TimesTalk», prévue mercredi. Dans un communiqué, le journal a déclaré ne pas «se sentir à l'aise avec l'acteur en raison des nombreuses choses dont on l'accuse».

(L'essentiel/lie)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Mondedefou le 10.01.2018 12:27 Report dénoncer ce commentaire

    cela devient une vraie propagande... voir du féminisme extrémiste... On est pas pas loin du racisme masculin. Quelqu'un qui a la drague un peu maladroite risque d'être pendu sur la place publique maintenant

  • Facedebouc le 10.01.2018 11:42 Report dénoncer ce commentaire

    Des on dit, des on dit... moi c'est avec les réseaux sociaux que je ne suis pas à l'aise.

  • Stéphane le 10.01.2018 13:22 Report dénoncer ce commentaire

    Plus moyen de draguer en paix maintenant... On agresse...

Les derniers commentaires

  • georgette le 10.01.2018 14:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un bon contrat de consentement et problème régler. On y met la totale. Positions, temp en heures ou minutes, éventuellement l’apéro et le dîner. Et signer en bas avec leur exacte du début et la fin du ...........comment dire flirt, rencontre, amour..

    • @Georgette le 10.01.2018 17:40 Report dénoncer ce commentaire

      A un détail prés ça ressemble à une relation tarifée.

  • aussi une vérité le 10.01.2018 13:51 Report dénoncer ce commentaire

    Sur n'importe quel réseau social, femme peut mentionner quelconque 'abus sexuelle' sans preuve ni témoin pour détruire un homme qui ne puisse que clamer par après sa innocence et sans qu'elle risque de poursuites juridiques. J'ai cru que le temps des chasses aux sourcières et du puritanisme serait terminé. Bref un rêve dans un monde 'ouvert' et 'démocratique'.

  • Claude Zohrg le 10.01.2018 13:31 Report dénoncer ce commentaire

    Tout ça devrait rester dans la sphère judiciaire.

  • Stéphane le 10.01.2018 13:22 Report dénoncer ce commentaire

    Plus moyen de draguer en paix maintenant... On agresse...

    • Marc le 10.01.2018 17:41 Report dénoncer ce commentaire

      Alors ne draguez plus!

  • Mondedefou le 10.01.2018 12:27 Report dénoncer ce commentaire

    cela devient une vraie propagande... voir du féminisme extrémiste... On est pas pas loin du racisme masculin. Quelqu'un qui a la drague un peu maladroite risque d'être pendu sur la place publique maintenant