John David Washington

17 août 2018 08:45; Act: 17.08.2018 11:49 Print

«Je cachais que mon père était Denzel»

Enfant, John David Washington refusait que ses copains sachent qu'il était le fils d'un acteur très connu.

Sur ce sujet

Oubliez Denzel. La nouvelle star dans la famille Washington, c'est John David. À 34 ans, le comédien marche sur les traces de son père en étant la star du nouveau film de Spike Lee «BlacKkKlansman: J'ai infiltré le Ku Klux Klan», qui sort mercredi prochain. C'est le même cinéaste qui lui avait offert son premier rôle, celui d'un écolier, dans «Malcolm X», en 1992.

Pourquoi avoir attendu la trentaine pour assumer votre désir d'être star de Hollywood?

J'ai longtemps pensé que le sport était fait pour moi. Je joue au football américain depuis que je suis enfant et j'ai été engagé par l'équipe de la NFL de St Louis. Mais après de nombreuses blessures, j'ai compris que je devais me trouver une autre passion.

Est-ce que c'était facile ou difficile d'être le fils de la star Denzel Washington durant votre enfance et votre adolescence?

J'avoue que j'ai tout fait pour cacher que mon père était le célèbre Denzel. À l'école, il n'y avait que mes amis proches qui le savaient. J'utilisais un surnom pour brouiller les pistes. À la maison, mes parents avaient un mini-van familial pour nous accompagner à l'école, mes frères et sœurs et moi, sans éveiller les soupçons. Je ne voulais pas arriver le matin dans une voiture de fils de riches!

Le film de Spike Lee raconte l'histoire vraie d'un policier noir qui a infiltré le Ku Klux Klan dans les années 70. Est-ce que même le fils de Denzel Washington est confronté au racisme?

Et comment! Il suffit qu'un Noir soit au volant d'une belle voiture neuve dans les rues de Los Angeles pour qu'il ait une chance de se faire arrêter par la police. Comme si un Noir était forcément un délinquant parce qu'il roule dans un bolide. Dans ces cas-là, j'ai appris à garder mon calme et attendre que le policier vérifie mes papiers puis me laisse repartir. Quand on est Noir, on connaît le racisme au quotidien.

(L'essentiel)