Bebe Rexha

26 février 2020 19:21; Act: 27.02.2020 12:51 Print

«Je me sens mieux grâce aux médicaments»

Atteinte de bipolarité, la chanteuse Bebe Rexha essaie de vivre avec son trouble mental du mieux qu'elle peut.

storybild

Bebe Rexha, 30 ans, assume au grand jour sa maladie mentale. (photo: Cindy ord)

Sur ce sujet
Une faute?

Bebe Rexha tient à être transparente avec ses fans. En avril 2019, la chanteuse avait révélé sur Twitter qu'elle était bipolaire. «Pendant longtemps, je n'ai pas compris pourquoi je me sentais si mal. Pourquoi je n'avais pas le moral au point de ne pas vouloir sortir de chez moi ou voir des gens, et pourquoi à d'autres moments je me sentais si exaltée que je ne voulais plus dormir et ne plus m'arrêter de travailler ou de composer de la musique. Maintenant, je sais pourquoi», avait-elle expliqué.

Interviewée dans le magazine «SELF», la star de 30 ans donne plus de détails sur sa maladie. Elle ne regrette pas d'en avoir parlé publiquement. «J'avais décidé de le faire parce que je ne voulais pas être emprisonnée par mes interrogations en me demandant si j'étais normale ou folle», confie l'Américaine, d'origine albanaise.

La bipolarité, caractérisée par des épisodes dépressifs et maniaques, est une maladie incurable. Bebe avoue être «toujours effrayée par tout ce qui l'entoure». Elle s'est souvenue de l'une de ses pires crises, alors qu'elle était dans une voiture qui roulait à vive allure: «J'étais sur le siège passager et je voulais ouvrir la porte et sauter pour me faire écraser. C'était terrible».

«Je suis toujours la même personne»

Heureusement pour elle, les médicaments qui lui sont prescrits l'aident beaucoup. «Je n'imaginais pas à quel point on peut se sentir bien quand on n'est pas bipolaire, dit-elle. La médication ne supprime pas totalement la tristesse ou l'anxiété, mais je me sens tellement mieux. Cela me permet d'avoir une vie plus équilibrée, avec moins de hauts et de bas».

L'artiste craignait aussi que les pilules qu'elle prend pour se soigner aient un impact négatif sur sa créativité. Par chance, cela n'est pas arrivé. «Je suis toujours la même personne quand je suis dans le studio d'enregistrement», se réjouit-elle.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.