Moments difficiles

10 août 2020 07:49; Act: 10.08.2020 09:57 Print

Ellen Page s'est «battue contre la dépression»

L’actrice canadienne Ellen Page a connu des moments difficiles avant de faire son coming out.

Sur ce sujet
Une faute?

À 33 ans, Ellen Page affiche son homosexualité et ne cherche plus à cacher sa vie. L’actrice canadienne a surmonté une dépression avant de s’assumer. Elle est la star de la deuxième saison de la série de superhéros «The Umbrella Academy», actuellement disponible sur Netflix.

La saison 2 de votre série se déroule en 1963 avant l’ assassinat de JFK. Comment jugez-vous l’évolution des mentalités depuis cette période?

Il n’y a aucune comparaison. Que cela soit la discrimination raciale ou sexuelle, les choses ont changé, même si l’on peut toujours mieux faire. Les récentes manifestations sont la preuve qu’il y a encore beaucoup à faire pour atteindre l’égalité, quelle que soit votre couleur de peau ou préférence sexuelle.

Cela ne vous dérange-t-il pas d'incarner un personnage gay dans «Umbrella Academy»?

Je ne me pose même pas la question car je suis fière d’incarner Vanya. On m’a souvent demandé si je n'avais pas peur de ne recevoir que des propositions de rôles gay depuis mon coming out. Mais je ne pense pas que l’on demande à un acteur hétéro si cela le dérange de n’incarner que des mecs hétéros à l’écran (rires).

Votre personnage de Vanya se bat contre la dépression et l'anxiété. Est-ce quelque chose qui vous touche personnellement?

Oui. Je me suis battue contre la dépression durant des années. Il m’a fallu du temps pour accepter le regards des autres sur la fille que je suis vraiment. Ne plus avoir peur d’afficher mon homosexualité a demandé un énorme travail sur moi car j’ai dû me battre avec des sentiments contradictoires dans ma tête.

Expliquez-nous cela...

Quand j’ai commencé à connaître du succès avec le film «Juno», le milieu du showbiz a voulu m’enfermer dans une boite avec l’étiquette de la jeune ingénue. On me poussait à porter des robes et des chaussures à talons. On me faisait croire que je briserais ma carrière si je refusais de faire semblant et si je parlais ouvertement. J’avais honte de moi et il m’a fallu des années pour briser mes chaînes. Outre l’aspect mental, j’étais aussi mal dans ma peau. Mais aujourd’hui, je me sens bien dans mon corps et dans ma tête.

Avez-vous eu peur d’être rejetée par Hollywood en vous affichant avec votre épouse, la danseuse Emma Portner?

Si un réalisateur ou producteur ne veut pas m’engager parce que j’affiche mon amour pour une fille, c’est leur problème, pas le mien. Moi, je veux me battre pour l’égalité et la cause LGBTQ.

Quelle est votre position sur la PMA pour aider un couple de femmes à avoir un enfant?

Je suis pour une égalité totale sans discrimination. J’ai grandi au Canada où j’ai la chance de passer beaucoup de temps avec mon épouse. Il y a moins de réticence ici à la cause LGBTQ que dans d’autres pays. Personnellement, je n’ai pas envie d’avoir des enfants mais je me vois bien, dans un avenir proche, vivre en Nouvelle-Écosse, loin de Hollywood.

(L'essentiel/Henry Arnaud, Los Angeles)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Regardez-nous le 11.08.2020 11:03 Report dénoncer ce commentaire

    Décidemment elles sont fragiles toutes ces stars...

Les derniers commentaires

  • Regardez-nous le 11.08.2020 11:03 Report dénoncer ce commentaire

    Décidemment elles sont fragiles toutes ces stars...

    • Jingsa le 11.08.2020 11:57 Report dénoncer ce commentaire

      C’est surtout fatiguant d’entendre parler de leur vie sexuelle. On regarde un jeu d’acteur et pas sa vie privé. La seule différence de nos jours c’est l’obligation de représentation des minorités. Les créateurs ne sont plus libres de faire un casting et un scénario à leur guise. Il faut impérativement 1 blanc , 1 black , 1 gay pour produire aux USA. Comment les minorités imposent leur mode de vie à la masse. Imaginez que des séries comme friends ne peuvent plus exister à leur actuelle et c’est bien dommage. Une vraie régression de la créativité ou non des biens pensants.