Bilal Hassani

20 juin 2019 08:03; Act: 20.06.2019 09:42 Print

«Je passe à la télé, mais tout n'est pas réglé»

Le représentant de la France au dernier concours de l'Eurovision a livré un discours poignant pour la tolérance lors de la cérémonie des «Out d'or» à Paris.

Bilal Hassani et son discours engagé.

Sur ce sujet
Une faute?

Arrivé à la seizième place de l'édition 2019 de l'Eurovision, Bilal Hassani, 19 ans, a beaucoup fait parler de lui malgré son score jugé décevant. Le chanteur au look androgyne a offert une belle vitrine à la communauté LGBT+ en assumant sa différence, faisant fi des remarques homophobes dont il a été victime tout au long du processus de sélection.

Aujourd'hui, le jeune homme est à nouveau sur le devant de la scène puisqu'il vient d'être élu personnalité LGBT+ de l'année lors de la cérémonie des «Out d'or» qui s'est déroulée mardi 18 juin 2019 à Paris. Décernée par le public, la récompense a touché le principal intéressé qui s'est fendu d'un discours émouvant.

«On avait peur de se faire agresser»

«Pendant toute mon enfance, j'aimais bien mettre des draps et des serviettes sur ma tête pour avoir de longs cheveux, et on me disait que j'étais un peu bizarre», a-t-il déclaré, en reconnaissant que les mentalités avaient évolué sans pour autant être satisfait.

«Il y a encore beaucoup de choses à faire. Oui, je passe à la radio. Oui, je passe à la télé. On m'utilise un petit peu dans tous les médias pour dire: regardez, c'est bon, il y a un homosexuel avec une perruque, tout est réglé, tout va mieux. C'est faux! C'est pas du tout vrai, tout n'est pas réglé, tout n'est pas fini».

L'interprète de «Roi» a poursuivi son plaidoyer en exposant ses craintes d'être pris à parti. «Avec ma mère, on était terrifiés à l'instant de descendre du taxi, pour marcher jusqu'au Cabaret sauvage, parce qu'on avait peur de se faire agresser».

(L'essentiel/cch)