Football

16 avril 2020 10:50; Act: 16.04.2020 11:38 Print

La prison dorée de Ronaldinho en images

Ronaldinho a troqué sa prison paraguayenne pour un luxueux établissement, où il attend, assigné à résidence, la fin de l'enquête pour usage de faux passeport.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Après plus d'un mois derrière les barreaux, Ronaldinho est arrivé le 7 avril à l'hôtel Palmagora, récemment rénové et situé dans un bâtiment époque 1900 du centre historique d'Asunción, la capitale du Paraguay. Ronaldo de Assis Moreira et son frère Roberto y occupent deux suites Premium, qu'ils paient chacun 350 dollars (environ 320 euros) la nuit, selon le gérant de l'hôtel, Emilio Yegros.

Tous deux ont été arrêtés le 6 mars à Asunción, accusés d'être entrés au Paraguay en possession de faux passeports. Ils étaient arrivés deux jours auparavant dans la capitale paraguayenne pour faire la promotion d'un livre et participer à des opérations de bienfaisance.

Les deux hommes étaient depuis lors en détention provisoire dans un commissariat de police, où le Ballon d'or 2005 a fêté ses 40 ans le 21 mars. Les avocats de l'ancien champion brésilien ont proposé une caution de 1,6 million de dollars pour les deux frères, qui a été acceptée par la justice paraguayenne. Dans cette affaire, ils encourent jusqu'à cinq ans de prison.

«Toujours le sourire»

À cause de la pandémie de nouveau coronavirus, qui a déjà contaminé au moins 161 personnes au Paraguay et en a tué 8, l'ancienne star du PSG et du FC Barcelone n'a pas le droit de recevoir des visites et l'hôtel n'a pas d'autres clients. «Nous appliquons strictement le protocole sanitaire. Le jour où ils sont arrivés, nous avons lavé tous leurs vêtements», explique à l'AFP Emilio Yegros. Depuis, le champion du monde 2002 tue le temps entre le gymnase et les couloirs de cet établissement de 6 000 mètres carrés.

«Hier, on lui a apporté un ballon réglementaire. On lui a mis a disposition un salon, de 30 mètres sur 15 environ, pour jouer à la balle», poursuit le gérant. «Ça a l'air d'être quelqu'un de bien. Il a toujours le sourire, comme son frère. Il a un tout autre visage que le jour de son arrivée, où il était visiblement tendu et stressé», ajoute-t-il. La présence de ce client médiatique a modifié la routine des employés, qui se relaient désormais pour répondre au téléphone: des journalistes du monde entier cherchent à obtenir un entretien avec «Ronnie».

«Laissez Ronaldinho tranquille»

«Le Vendredi Saint, j'ai déjeuné avec eux, ainsi qu'avec le consul du Brésil. Ronaldinho ne perd pas son sens de l'humour et fait des blagues entre deux conversations», raconte le gérant, qui balaie les rumeurs selon lesquelles le Barça serait intervenu pour que l'établissement reçoive les frères Assis de Moreira. «C'est une pure coïncidence» que les propriétaires de l'hôtel soient catalans, assure M. Yegros.

Pour l'avocat brésilien de Ronaldinho, Sergio Queiroz, la détention du Brésilien «est illégale, abusive». Ronaldinho et son frère «ne savaient pas que les documents étaient illégaux», poursuit-il. «Laissez Ronaldinho tranquille», est également monté au créneau l'ancien joueur argentin Jorge Valdano. «Le seul lieu où il a été subversif, c'est sur le terrain», a-t-il récemment déclaré à un journal madrilène. «Etre un délinquant c'est une chose, être bête c'en est une autre», a-t-il ajouté.

«Ils savaient», assure au contraire à l'AFP la procureure en charge de l'affaire, Alicia Sapriza. L'enquête cherche notamment à déterminer si l'ex-joueur a été utilisé ou s'il était au courant d'éventuelles activités illicites liées à sa venue au Paraguay. «Dans leurs téléphones, que nous avons analysés, nous avons trouvé des conversations du frère, Roberto, où il est question de ces documents», avance la magistrate, qui estime que «Ronaldinho ne pouvait pas ne pas savoir. Il ne peut pas plaider la bonne foi».

Même si l'enquête pourrait durer jusqu'à six mois, il est fort probable que les deux frères soient remis en liberté conditionnelle dès que l'activité administrative, actuellement paralysée par la pandémie, pourra reprendre, selon des sources judiciaires consultées par l'AFP.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Honneteté le 16.04.2020 11:03 Report dénoncer ce commentaire

    et alors ? il a les moyens. tiens ça me fait penser que ça fait lgtps qu'on a pas eu un article sur Ronaldo !! personne ne parle de son récent "déménagement" dans une ville louée sur AIRBNB en plein confinement !!

  • Chriss le 16.04.2020 11:08 Report dénoncer ce commentaire

    Trop bien !

  • Dede le 16.04.2020 13:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C est juste indécent de voir de tels privilèges il devrait avoir honte quand tant de pauvres crèvent de faim et de froid dans les favélas

Les derniers commentaires

  • citoyen le 17.04.2020 11:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    a tout les jaloux réfléchissez un peu il a fait quoi de mal ? u. faux document n'a jamais tué ou fais du mal c'est un papier et puis son hotel c'est lui qui le paye pas vous et pour finir il en a bavé pour gagner de l'argent bien mérité et s'il ya des pauvres dans les favelas ce n'est pas de sa faute honte aux politiciens et donneurs de lecons avec les bras croisés comme vous derrière un écran vous faites quoi ? lui il fait des bonnes actions la preuve pourquoi il est la emprisonnée ??? et toc

  • Le golfeur le 17.04.2020 08:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tu dis ça parce que tu es jaloux

  • Dede le 16.04.2020 13:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C est juste indécent de voir de tels privilèges il devrait avoir honte quand tant de pauvres crèvent de faim et de froid dans les favélas

  • milou le 16.04.2020 11:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    avec le fric tout est permis

  • Chriss le 16.04.2020 11:08 Report dénoncer ce commentaire

    Trop bien !