Deuil périnatal

26 juillet 2021 09:52; Act: 26.07.2021 13:57 Print

Le message déchirant de Jill Vandermeulen

L'animatrice de RTL-TVI a posté un témoignage bouleversant sur Instagram après avoir perdu le bébé qu'elle attendait.

storybild

La jeune femme s'est livrée sur Instagram. (photo: Instagram)

Sur ce sujet
Une faute?

«À aucun moment je ne pensais que la suite de cette belle nouvelle aventure allait se transformer en cauchemar»: le 20 juillet l'animatrice et influenceuse belge se rend à son rendez-vous pour sa deuxième échographie sereine. «Étant maman de trois enfants avec des grossesses parfaites, il s’agit pour moi d’un petit rendez-vous juste pour entendre que tout va bien». Sauf que tout bascule: «Je suis embêté Madame, la grossesse a bien évolué mais je ne vois plus le petit cœur battre», rapporte-t-elle sur Instagram.

«Nue, les jambes écartées, une sonde dans le vagin, mon monde s’écroule autour de moi. Sous le choc, j’ai l’impression que les minutes durent une éternité et je ne dis mot. Et puis je craque, je panique, je fonds en larmes, toujours nue sur cette table avec ce satané masque sur ma bouche qui m’empêche de respirer entre chaque sanglot», poursuit-elle.

«Je n’aurai jamais de réponse»

Sa première pensée va à ses trois premiers enfants Bella-June, 11 ans, James bientôt 9 ans et Jude, 6 ans. «Oh mon dieu, ils vont être effondrés… » Et la culpabilité s'invite: «S’en est suivi des millions de questions dans ma tête, j’ai fais quelque chose de mal? Les inondations? Le déménagement? Le stress? Je n’aurai jamais de réponse», se désole la maman de 33 ans.

Si elle a décidé de témoigner, c'est parce qu'elle a «toujours dit qu’il fallait briser les silences que notre société nous infligent. Alors, avant de repartir à zéro il était crucial pour moi de me confier à vous». Parce que beaucoup de mamans traversent cette épreuve: «Notre histoire, c’est l’histoire de 20% des femmes». Jill Vandermeulen a indiqué qu'elle publierait plus tard «une vidéo à cœur ouvert qui j’espère aidera d’autres femmes qui vivent cette tristesse immense».

(mc/L'essentiel)