Clash

10 février 2012 16:17; Act: 10.02.2012 16:26 Print

Mallaury Nataf s'en prend à un journaliste

La célébrité déchue n’a pas accepté qu’on lui demande pourquoi elle n’avait pas fait des petits boulots pour s’en sortir. Le ton est monté et elle s’est emportée. Le résultat en images…

Sur ce sujet
Une faute?

Bientôt plus un jour sans qu’on parle de Mallaury Nataf. Si, au départ, son histoire avait ému les journalistes et le public, aujourd’hui elle commence à agacer. Interviewée dans les locaux du magazine Public, l’ancienne héroïne du «Miel et les abeilles» n’a pas du tout apprécié qu’on lui demande pourquoi elle n’avait pas cherché un travail peu qualifié pour sortir de sa situation précaire.

«Je n’accepte pas votre question et je suis même très en colère contre cette question», s’est-elle emportée. Partant dans un monologue que le journaliste tentait vainement d’interrompre, Mallaury Nataf s’est exclamée qu’elle avait le droit d’être artiste, que ce métier était un sacerdoce.

«C’est le feu les médias»

Au passage, elle en a profité pour tacler Cécile de Ménibus, la comparse de Jean-Marc Morandini sur Direct 8. «Ce n’est pas genre comme Cécile de Ménibus ou d’autres gens comme ça, on prend son petit chèque, son petit machin et on a un petit plan de carrière, son petit truc, on balance, on va d’un fauteuil à un autre. Moi, je ne suis pas ça! J’assume les risques de ce métier.» C’est sûr, elle ne risque pas de trouver du travailler aux côtés de ces deux animateurs.

La jeune femme s’est justifiée en déclarant qu’elle avait trouvé un éditeur qui mettait une somme très importante à sa disposition et qu’elle allait très certainement pouvoir louer un appartement dans les jours qui viennent. «Ma solution (sic) va se redresser très rapidement et c’est pour ça que je suis allée vers les médias. Je prends un risque en venant vers vous. C’est le feu les médias.» Il ne faudrait pas qu’elle oublie que le feu, ça brûle.

(L'essentiel Online/jfa)