Mae Whitman

02 avril 2020 08:03; Act: 02.04.2020 10:33 Print

«Maman à la télé, oui mais pas pour de vrai»

Star de «Good Girls», Mae Whitman voit sa carrière décoller. Et si elle joue une mère, elle n'est pas pressée d'avoir des enfants.

storybild

L'actrice américaine Mae Whitman est très discrète sur sa vie privée. (photo: David Livingston)

Sur ce sujet
Une faute?

Actrice depuis l'âge de 4 ans, Mae Whitman, 31 ans, a longtemps joué les seconds couteaux dans des épisodes de séries cultes comme «Friends», «Les experts», «Grey's Anatomy» ou encore «Desperate Housewives». À son tour d'être la star du feuilleton «Good Girls», diffusé sur Netflix et M6.

Êtes-vous blessée que le grand public semble vous découvrir seulement maintenant?

Pas du tout. Cela fait plus de 20 ans que des inconnus me demandent si on a été à l'école ensemble car mon visage leur est familier. C'est toujours compliqué de dire: «Non, mais vous m'avez vu à la télé» (rires).

Comment résumer votre parcours?

Je cours les auditions depuis que j'ai 4 ans. Mes parents sont dans le showbiz, mais derrière la caméra, et j'ai toujours adoré cet univers. Même s'il m'a fallu des années avant de faire ma place à Hollywood, je n'ai jamais arrêté de bosser en alternant la télé et le cinéma. Au final, avoir des rôles secondaires dans l'enfance a été un avantage. J'ai connu beaucoup d'adolescents stars qui ont disparu en devenant adultes car on ne voulait plus d'eux. Moi, j'ai toujours travaillé et il m'a fallu entrer dans ma vingtaine pour avoir des rôles importants comme dans la série «Parenthood».

La série «Good Girls» gagne de plus en plus de fans alors que vous en êtes déjà à la troisième saison. Surprise?

Agréablement surprise car je rencontre des gens qui semblent avoir découvert notre série il y a seulement quelques semaines sur Internet par exemple. Après 30 épisodes, c'est positif de toucher un plus grand nombre de téléspectateurs. Il y a une énorme dose d'humour dans notre feuilleton, mais c'est cool de voir que beaucoup de gens sont touchés par notre histoire de trois mamans indépendantes qui décident de voler pour s'en sortir ou devenir trafiquantes.

Est-ce facile d'incarner une jeune maman à l'écran alors que vous êtes célibataire et sans enfant dans votre vie privée?

Au cinéma, j'ai joué la gamine à l'arrière de la voiture des parents pendant des années, comme la fille du président américain dans «Independance Day» ou celle de George Clooney et Sandra Bullock. Je me disais qu'un jour c'est moi qui incarnerait la maman et ce jour est arrivé. J'aime la comédie car cela me permet d'avoir une vie riche et pleine de rebondissements devant les caméras, alors que mon quotidien est limite ennuyeux en dehors des plateaux.

Justement, on ne vous connaît aucun petit ami...

Et c'est mieux ainsi. J'ai eu mon lot de copains connus et inconnus. J'ai appris très vite que j'avais intérêt à être la plus discrète possible sur mes amours pour ne pas me prendre une claque lorsque l'histoire est finie.

Puisque vous incarnez une jeune maman dans «Good Girls», est-ce que cela vous a donné envie de fonder une famille?

Maman à la télé, oui mais pas pour de vrai. Je laisse les choses se faire naturellement si cela doit arriver un jour. En attendant, cela me suffit d'être une mère dans un feuilleton car j'ai tous les avantages et aucun inconvénient à la fin d'une journée de tournage.

Regardez le trailer de la saison 3 de «Good Girls»:

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.