Jeune actrice

29 mai 2019 09:02; Act: 29.05.2019 11:10 Print

Millie Bobby Brown, la voix des ados pas écoutés

L'actrice à l’affiche du film «Godzilla II: Roi des monstres» s'engage aussi pour l'UNICEF, dont elle est devenue la plus jeune ambassadrice de bonne volonté.

Sur ce sujet
Une faute?

À l’écran, elle donne l’impression de n’avoir peur de rien. Et pourtant, assise face à moi dans un salon du Hilton Bayfront de San Diego, Millie Bobby Brown redevient une adolescente comme les autres, avec sa fragilité et ses doutes. L’actrice de 15 ans est venue dans cette ville du sud de la Californie pour assister au Comic-Con, un grand festival de comics.

Vous êtes l’héroïne de millions d’ados. Qui est votre idole?

C’est marrant, je suis certaine que beaucoup de jeunes diraient Wonder Woman, un superhéros ou bien une héroïne de bande dessinée. Moi, la première personne qui me vient en tête est Audrey Hepburn. Si j’avais une machine à remonter le temps, j’adorerais la rencontrer ou vivre quelque temps à son époque, parce qu’elle est extraordinaire dans ses films et sur ses photos. J’aime m’inspirer d’images d’elle en noir et blanc quand je discute avec mon styliste des tenues que je vais porter pour une soirée de gala.

Vous êtes la plus jeune personne à avoir été nommée ambassadrice de bonne volonté de l’UNICEF. Pourquoi avoir accepté cette mission?

Audrey Hepburn m’a également inspirée. Elle a déclaré un jour qu’un être humain avait deux mains: une pour aider les autres et l’autre pour s’aider soi-même. J’ai trouvé cette phrase très forte et j’essaie d’y penser chaque jour.

Quel sera votre rôle à l’UNICEF?

Je veux être la voix des millions d’enfants et d’adolescents qui, à travers le monde, ne sont pas écoutés. Mon combat sera d’empêcher les violences dont ils sont victimes et de leur donner accès à l’éducation, à l’eau potable, des choses qui peuvent sembler banales pour les pays occidentaux.

Parlons de «Godzilla II». Connaissez-vous ce monstre? Avez-vous vu les vieux films?

Je ne savais rien de Godzilla avant d’être approchée pour ce film. Et je trouve ça très cool, parce que ça veut dire que des ados comme moi vont sûrement aussi découvrir cette histoire. Dès notre première rencontre, le réalisateur Michael Dougherty m’a montré une animation 3D de moi-même face au monstre, puis il m’a expliqué le concept, que j’ai trouvé top. J’ai commencé à voir les vieux films seulement quelques jours avant le début de la production, après avoir signé mon contrat.

En quoi ce «Godzilla» est-il différent des précédents?

Les monstres de notre film ont une vraie personnalité. Notre Godzilla est plus moderne et plus humain aussi. Les précédents étaient de grosses bêtes destructrices, rien de plus.

Il faut un bonne dose d’imagination pour jouer seule...

C’est sûr que je n’avais aucun monstre devant moi pendant le tournage. Tout a été tourné devant d’immenses écrans verts et Godzilla a été ajouté par informatique. Michael Dougherty vient du monde du dessin animé et il avait une technique bien particulière sur le plateau. Sa voix nous parvenait par de grands haut-parleurs, et parfois il diffusait des bruitages comme si des monstres étaient prêts à nous attaquer. Cela m’a permis de faire semblant d’être au cœur de l’action. (Elle rit) Parfois, il diffusait de la musique classique ou des morceaux de rock.

Qui est Madison, votre personnage?

Madison est la fille d’une grande scientifique. Sa mère lui a appris très jeune à respecter ces monstres en comprenant leurs agissements. Au fil du film, on voit Madison grandir et essayer de trouver un équilibre entre les humains et ces créatures pour qu’ils puissent coexister.

Est-ce le message du film?

«Godzilla II» est avant tout un gros blockbuster d’action avec explosions, cascades et tout ça. Mais, si certains jeunes pouvaient y voir aussi un message pour la tolérance et un meilleur monde malgré nos différences, j’en serais heureuse.

Vous allez devenir une star de cinéma. Allez-vous quitter «Stranger Things»?

Ce n’est pas prévu, mais tout peut arriver. J’évite d’aborder le sujet, parce que les producteurs veulent garder le secret sur la saison 3, qui va surprendre nos fans. J’ai seulement l’autorisation de dire qu’il y aura des moments plus fun qu’auparavant mais aussi de nouvelles forces maléfiques.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.