Léa Seydoux

02 avril 2020 12:06; Act: 02.04.2020 12:33 Print

«Quelle hypocrisie autour du mouvement #MeToo»

Pour Léa Seydoux, les victimes de harcèlement sexuel auraient dû dénoncer leur bourreau bien avant que ce fléau ne soit autant médiatisé.

storybild

Léa Seydoux, qui avait été harcelée par Harvey Weinstein, n'a jamais voulu se victimiser. (photo: Frazer Harrison)

Sur ce sujet
Une faute?

Léa Seydoux n'a pas peur de créer la polémique. Interviewée dans «Harper's Bazaar», l'actrice a poussé un coup de gueule au sujet du mouvement #MeToo, qui a été grandement médiatisé en 2017, après les accusations d'agression sexuelle de plusieurs femmes envers Harvey Weinstein. Le producteur américain a été récemment condamné à 23 ans de prison. «Il y a beaucoup d'hypocrisie. Parce que les gens le savaient! Et maintenant ils en profitent pour dire "Oui, j'ai été une victime", et ils deviennent des héros. C'est n'importe quoi!».

Pourtant, Léa avait aussi subi les assauts de Weinstein. En 2017, elle avait écrit un article dans lequel elle racontait qu'il l'avait brusquée pour tenter de l'embrasser, dans une chambre d'hôtel. Elle avait aussi révélé que d'autres producteurs et réalisateurs, sans mentionner leurs noms, avaient voulu coucher avec elle. «J'avais dû me défendre la nuit où Harvey Weinstein m'avait sauté dessus. Ce n'était pas normal», se souvient-elle. Cependant, Léa n'a pas voulu s'apitoyer sur son sort dans son article: «J'ai voulu faire comprendre que je ne me victimisais pas. J'étais consciente que cela pouvait arriver. Je ne suis pas naïve». Selon la Française de 34 ans, pardonner à son bourreau est le seul moyen pour guérir de ses blessures. «Pour moi, un héros pardonnerait. On a besoin du pardon, non?», dit-elle.

Lors de ses tournages, la comédienne, qui sera à l'affiche du prochain James Bond, «Mourir peut attendre», a remarqué que les hommes ont maintenant peur quand ils sont en contact avec des femmes. Elle a donc l'impression que le mouvement #MeToo est peut-être allé trop loin. «C'est bien d'être une féministe, dit-elle, mais nous devrions être aussi "masculinistes" et vice versa. Les hommes devraient être féministes. On doit tous se soutenir.»

Regardez la bande-annonce du prochain James Bond «Mourir peut attendre»:

(L'essentiel)