Aux États-Unis

06 mars 2019 07:07; Act: 06.03.2019 11:22 Print

R. Kelly rejette toutes les accusations en bloc

Pour la première fois depuis son inculpation en février, le chanteur américain a accordé une interview, à la chaine «CBS».

storybild

R. Kelly lors de son départ de la prison de Cook County, près de Chicago.

Sur ce sujet
Une faute?

Le chanteur américain R. Kelly, accusé d'abus sexuels sur quatre femmes, dont trois mineures, s'est exprimé pour la première fois dans une longue interview pour rejeter des accusations qu'il qualifie de «rumeurs».

C'est la première fois que la vedette de R&B de 52 ans, accusée d'abus sexuels sur des mineures depuis des décennies, s'exprimait depuis son inculpation le mois dernier. Dix chefs d'accusation, chacun puni de trois à sept ans de prison, ont été retenus contre lui pour des agressions sur les quatre victimes présumées entre 1998 et 2010.

«C'est pas vrai», déclare-t-il sans plus de précisions lors d'une interview avec la chaîne CBS qui doit être diffusée mercredi matin, et dont certains extraits ont été publiés mardi soir. «Pas vrai. Que ce soit des vieilles rumeurs, des nouvelles rumeurs, des rumeurs futures, c'est pas vrai», ajoute-t-il lors de cet entretien où il est apparu très émotif et énervé.

Lors d'une comparution devant un tribunal de sa ville de Chicago, dans l’État de l'Illinois, R. Kelly avait plaidé non coupable. Le chanteur pense être victime de sa mauvaise réputation - il avait été inculpé en 2002 après s'être filmé ayant des relations sexuelles avec une adolescente de 14 ans avant d'être acquitté en 2008.

«Il faudrait que R. Kelly soit stupide»

«Je vais vous dire un truc: les gens remontent à mon passé, O.-K.? C'est ce qu'ils font, ils remontent à mon passé et essaient d'y ajouter les trucs de maintenant. C'est pour inventer tous ces trucs qui vont avoir l'air réels maintenant», explique-t-il de manière confuse. Le chanteur est également revenu sur une enquête publiée en 2017 par le site d'informations «BuzzFeed», qui l'accusait d'avoir des quasi esclaves sexuelles à ses domiciles de Chicago et Atlanta.

«J'ai pas besoin» de retenir des personnes contre leur volonté, s'écrie-t-il. «Pourquoi je le ferais? Il faudrait que R. Kelly soit stupide, avec tout ce qui s'est passé dans mon passé très lointain, pour retenir quelqu'un», a-t-il continué. «C'est débile!», conclut-il en fixant la caméra. Ces allégations de «BuzzFeed» n'avaient débouché sur aucune inculpation.

Les affaires pour lesquelles R. Kelly a été inculpé font suite à la diffusion début janvier de la série documentaire en six parties «Surviving R. Kelly». Cette dernière multiplie les témoignages sur «les abus sexuels, mentaux et physiques» qui auraient été perpétrés par l'interprète du tube «I Believe I Can Fly».

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.