Iggy Azalea

01 avril 2018 12:51; Act: 01.04.2018 12:50 Print

Reprise en main après de nombreux dérapages

La rappeuse a confié à Billboard s'être fait admettre en unité de soins psychiatriques après avoir pété les plombs sur Twitter il y a quelque temps.

storybild

Le prochain album d'Iggy Azalea est attendu un peu plus tard dans l’année. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Ces dernières années, Iggy Azalea s'est clashée sur Twitter avec de nombreuses personnalités, parmi lesquelles Azealia Banks, Nicki Minaj, Q-Tip, Snoop Dogg, Eminem, Erykah Badu ou encore Macklemore. À la suite de ces passes d'arme de plus en plus violentes, son équipe lui a demandé de se prendre en main et de se faire aider, ce qu'elle a fait. Les manageurs d'Iggy Azalea ont organisé une réunion au cours de laquelle ils lui ont conseillé de se rendre dans un centre en Arizona pour apprendre à gérer ses émotions. «Je croyais que je venais pour parler de tout autre chose. Et ils m'ont dit : On pense que tu as besoin de te mettre un peu au vert», a-t-elle confié à Billboard.

Ils ont pris le temps de lui expliquer leur point de vue. «Ils ont ajouté: Nous pensons que tu es très talentueuse et que tu pourrais aller en studio faire des hits toute la journée, mais nous ne savons pas comment tu réagiras si quelqu'un dit quelque chose à ton sujet. Ça pourrait ruiner un deal commercial. Nous avons besoin que tu ailles parler à ces gens pour que tu sois mentalement prête à revenir avec de la nouvelle musique», a-t-elle ajouté.

Au départ, la rappeuse ne voulait «pas y aller». «Je n'aimais pas l'idée d'être envoyée quelque part loin. Ça me saoulait», a-t-elle expliqué. Elle s'est malgré tout pliée à l'idée de son équipe, pour le meilleur. «Je n'avais jamais vraiment eu une discussion honnête avec un professionnel (du corps médical). Ça m'a fait du bien de dire quelque chose à quelqu'un qui pouvait me donner les outils nécessaires pour rendre ma vie plus facile à gérer quand je ressens ces choses. Donc c'était vraiment utile et je suis ravie de l'avoir fait», a confié Iggy Azalea.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.