Polémique en France

23 octobre 2020 20:50; Act: 23.10.2020 23:20 Print

«Si j’accepte d'aller dans sa chambre à 1h du matin»

Les propos de l’actrice et réalisatrice Maïwenn, qui tacle une partie des féministes, dans «Paris Match», ont déclenché une vague d’indignation.

storybild

Maïwenn a choqué de très nombreuses personnes. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Maïwenn n’y est pas allée par quatre chemins pour donner son avis – négatif – sur les féministes dans Paris Match. «C’est fou ce qu’elles peuvent dire comme conneries ces derniers temps! Ce sont des femmes qui n’aiment pas les hommes, c’est clair, et qui sont à l’origine de dommages collatéraux très graves. Moi, je suis pour dire aux hommes à quel point on les aime. Il faut arrêter de dire que ce sont tous des pervers», a-t-elle commencé. Et l’actrice et réalisatrice de 44 ans ne s’est pas arrêtée là.

Après avoir fait savoir qu’être sifflée par un homme dans la rue ne la dérangeait pas du tout et qu’elle prenait cela comme un compliment, la Française a évoqué le cas de Roman Polanski et de la réaction d’Adèle Haenel qui avait quitté la salle quand le metteur en scène avait reçu un César, en février 2020. «Polanski a reçu un prix pour un film formidable, où est le problème? On ne lui a pas non plus décerné un prix Nobel! Adèle Haenel doit avoir un gros bobo quelque part pour être partie comme elle l’a fait», a-t-elle dit.

Si elle condamne les abus et les agressions sexuels, Maïwenn laisse tout de même entendre que les victimes ont une part de responsabilité: «Si j’accepte de me rendre dans la chambre d’un homme à 1h du matin, je me doute bien que ce n’est pas pour parler d’un rôle.» Évidemment, les propos de la réalisatrice de «Mon Roi» ont choqué et les réactions outrées et dégoûtées ont rapidement déferlé sur les réseaux sociaux.

«Maïwenn en roue libre total. Son interview entière est à gerber», «C’est fou ce que Maïwenn peut dire comme conneries, crétine va» ou encore «Au mieux, quand on cautionne le film d’un pédocriminel, la décence voudrait qu’on se taise hein, pas qu’on insulte une femme qui a eu la réaction intelligente de quitter la salle», a-t-on pu lire.

(L'essentiel/jfa)