Aux États-Unis

06 septembre 2019 12:19; Act: 06.09.2019 12:39 Print

Un dealer suspecté d'avoir tué Mac Miller

Les autorités américaines ont arrêté mercredi un dealer accusé d'avoir vendu des médicaments contenant du fentanyl à Mac Miller, deux jours avant sa mort il y a tout juste un an.

storybild

Mac Miller se produit sur scène pendant "Behind the Scenes With Mac Miller Fiming Music Choice's Take Back Your Music Campaign" au Music Choice, en juillet 2013, à New York. (photo: AFP/Jamie Mccarthy)

Sur ce sujet
Une faute?

Les autorités américaines ont annoncé avoir arrêté mercredi un dealer accusé d'avoir vendu des médicaments contrefaits contenant du fentanyl, un opiacé extrêmement puissant, au rappeur Mac Miller, deux jours avant le décès de l'artiste d'une overdose, voici tout juste un an.

Le rappeur, qui s'était fait remarquer du grand public notamment par une chanson sur le président Donald Trump et une séparation difficile avec la chanteuse Ariana Grande, est mort accidentellement après avoir absorbé un «mélange toxique» de fentanyl, de cocaïne et d'alcool, selon l'autopsie. L'artiste de 26 ans, Malcolm McCormick de son vrai nom, avait été retrouvé à son domicile de Los Angeles, le 7 septembre 2018.

«50 fois plus puissant que l'héroïne»

Cameron James Pettit est accusé par les services du procureur de lui avoir fourni du fentanyl, un puissant opiacé extrêmement puissant, à son insu, dans le cadre d'une livraison de divers produits stupéfiants que le rappeur avait l'habitude de lui commander. Le dealer présumé a été arrêté mercredi matin à Los Angeles et risque jusqu'à vingt ans de prison s'il est reconnu coupable, précisent les services du procureur fédéral de Californie centrale.

D'après l'acte d'accusation, qui se réfère notamment à des textos retrouvés dans le téléphone du rappeur, Cameron Pettit avait accepté de fournir à Mac Miller des cachets de 30 mg d'oxycodone, un antidouleur de la famille des opiacés utilisé par de nombreux toxicomanes, ainsi que de la cocaïne et un somnifère. «Mais au lieu de lui fournir à McCormick de l'oxycodone authentique lors de la livraison tôt dans la matinée du 5 septembre, Pettit est accusé d'avoir vendu à McCormick des pilules contrefaites contenant du fentanyl, un puissant opiacé de synthèse qui est cinquante fois plus puissant que l'héroïne», affirme le procureur Nick Hanna, dans un communiqué.

«Je vais probablement mourir en prison»

Deux jours plus tard, Mac Miller mourait d'overdose. Quelques heures après l'annonce du décès par les médias, Cameron Pettit envoyait un message à un ami disant: «Je vais probablement mourir en prison», ajoute le communiqué. «Le fentanyl maquillé en médicament authentique est meurtrier, on en a la preuve tous les jours en Amérique», a déploré Nick Hanna. Le fentanyl est au cœur d'une crise sanitaire majeure aux États-Unis depuis quelques années.

Le chanteur Prince et pas moins de 32 000 Américains en 2018 y ont succombé. En lui-même, il n'est pas nécessairement illégal et peut être utilisé comme sédatif pour des malades du cancer en grande souffrance.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.