À 37 ans

23 novembre 2020 07:16; Act: 23.11.2020 09:51 Print

Un symbole de l'Ice Bucket Challenge est mort

Patrick Quinn, atteint de la maladie de Charcot, est mort dimanche. Il avait contribué à faire du «défi du seau d’eau glacée» un phénomène mondial.

storybild

Image d’archives de Patt Quinn. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Un Américain, ayant contribué au succès mondial de l'Ice Bucket Challenge, afin de médiatiser la lutte contre une maladie neurodégénérative mortelle est décédé à l’âge de 37 ans, a annoncé dimanche son équipe. Patrick Quinn, originaire de l’État de New York, souffrait de SLA, également connu sous le nom de maladie de Charcot ou maladie de Lou Gehrig, diagnostiquée pour lui en 2013.

«C’est avec une grande tristesse que nous devons faire part du décès de Patrick ce matin», a écrit son équipe sur un post d’un groupe Facebook, «Quinn forthe win», vantant «son courage dans sa lutte inlassable contre la SLA».

Don à la recherche

Quinn n’avait pas lancé lui-même le «défi du seau d’eau glacée», qui avait inondé les réseaux sociaux en 2014, mais lui et ses proches et amis avaient contribué à en faire un phénomène mondial. Des millions de personnes avaient relevé le défi qui consistait à s’asperger d’un seau d’eau glacée et à afficher la vidéo en ligne, avant de faire un don à la recherche médicale, en incitant d’autres personnes de faire de même.

Une pléiade de célébrités, de personnalités de haut niveau et des équipes sportives entières avaient pris part au défi, dont Tom Cruise, Steven Spielberg, Bill Gates ou l’ancien président américain George W. Bush. La campagne aurait permis de recueillir 220 millions de dollars (200,22 millions de francs) pour financer la recherche sur la SLA.

La sclérose latérale amyotrophique (SLA) est une maladie neurodégénérative grave qui se traduit par une paralysie des membres et des muscles labioglosso-pharyngo-laryngés. Pete Frates, un ancien joueur de baseball universitaire américain souffrant de SLA avait inspiré le défi du seau d’eau glacée. Il est décédé l’an dernier à 34 ans.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.