Affaire Epstein

21 novembre 2019 11:30; Act: 21.11.2019 11:59 Print

Une avocate veut entendre le prince Andrew

Alors que le prince a annoncé qu'il mettait fin à ses engagements publics en raison de ses liens avec Jeffrey Epstein, l'avocate des victimes du financier demande à l'auditionner.

Andrew s'était vu reprocher son manque de regrets pour son amitié avec Epstein et d'empathie pour les victimes présumées.

Sur ce sujet
Une faute?

L'avocate de plusieurs victimes présumées de Jeffrey Epstein, Lisa Bloom, veut entendre le prince britannique Andrew sur ses liens passés avec le financier américain, accusé d'avoir exploité sexuellement des jeunes filles mineures des années avant de probablement se suicider en prison.

«Nous pensons que personne n'est au-dessus de la loi et que toute personne devrait répondre à des questions s'ils ont des informations pertinentes. Et il (le prince Andrew) a clairement des informations pertinentes», a déclaré Lisa Bloom, jeudi, à BBC Radio 4. Mercredi soir, le prince Andrew, second fils de la reine Elizabeth II, embourbé dans une polémique sur l'affaire Epstein et lâché par nombre d'entreprises et d'universités avec lesquelles il collaborait, a annoncé «mettre fin à ses engagements publics» et s'est dit «prêt à aider» l'enquête sur cette affaire.

À la pêche aux informations

«Nous savons que le prince Andrew a eu de nombreux contacts avec Jeffrey Epstein et Ghislaine Maxwell (accusée par plusieurs victimes de les avoir «recrutées») et nous pensons que quiconque a eu beaucoup d'interactions avec eux devrait parler non seulement aux forces de l'ordre, mais également aux avocats des victimes, des personnes comme moi», a déclaré Lisa Bloom, qui représente cinq victimes présumées d'Epstein. Elle a appelé «le personnel travaillant pour le prince Andrew à fournir des informations et des preuves» tels que des e-mails, calendriers et carnets de voyage.

Dans son communiqué, Andrew, qui s'était vu reprocher son manque de regrets pour son amitié avec Epstein et d'empathie pour les victimes présumées, a dit «regretter sans équivoque (son) association malavisée avec Jeffrey Epstein» et «compatir profondément avec toutes les personnes affectées» par l'affaire.

Aucune empathie pour les victimes

L'avocate a souligné la différence entre ce communiqué, «qu'on l'a probablement aidé à écrire», et son interview diffusée samedi sur la BBC, «où pendant près d'une heure il n'a montré aucune empathie pour les victimes» et «a complètement manqué de crédibilité dans ses réponses», selon elle.

La disgrâce du duc d'York faisait de nouveau la une des journaux britanniques, jeudi. «Désolé maman», titrait le Daily Mirror en publiant une photo du prince dans une voiture après une entrevue avec la reine à Buckingham palace, selon le tabloïd.

Pour le Daily Mail, il est devenu le «paria» de la famille royale britannique, tandis que les autres journaux évoquaient sa «honte» et son humiliation, après l'annonce de son retrait de la vie publique.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.