Héritage de Johnny

13 avril 2018 11:13; Act: 13.04.2018 11:28 Print

Vers un terrain d'entente entre les deux parties?

Le tribunal de Nanterre doit statuer vendredi, sur le conflit qui oppose Laetitia Hallyday aux deux aînés de Johnny, Laura et David.

storybild

Les avocats de Laeticia, tout comme ceux de Laura et David, sont prêts à discuter pour trouver un terrain d'entente.

Sur ce sujet
Une faute?

Premier arbitrage judiciaire dans la bataille pour l'héritage de Johnny Hallyday: la justice française se prononce vendredi, sur le gel des biens du chanteur et le droit de regard sur son ultime album, demandés par ses deux enfants aînés.

Mais peu importe la décision du tribunal de Nanterre, l'heure semble être à l'arrangement entre les deux parties, comme le révèle RTL France. La radio française précise vendredi que les avocats de Laeticia, tout comme ceux de Laura et David, sont prêts à discuter pour trouver un terrain d'entente. David Hallyday et Laura Smet contestent le testament californien de leur père rédigé en 2014 et qui lègue l'ensemble de son patrimoine à sa veuve, Laeticia, ainsi qu'à leurs deux filles mineures, Jade et Joy. Ils ont donc saisi le tribunal de Nanterre, près de Paris, pour demander le gel des biens immobiliers et droits artistiques du rockeur, décédé en décembre, en attendant une décision judiciaire sur le fond concernant la succession.

Plusieurs dizaines de millions d'euros

Une autre procédure est en cours pour décider du caractère légal ou illégal du testament. Aucune audience n'a toutefois encore été fixée et elle pourrait prendre des mois voire des années. Depuis février, la famille de l'ex-«idole des jeunes» se déchire sur son héritage. Dernier épisode en date: une longue interview de Laeticia Hallyday parue mercredi dans l'hebdomadaire Le Point, la première depuis la mort de la star, le 5 décembre. «On me vole mon deuil. On me roue de coups», y déclare-t-elle. «Mon mari n'est plus là pour dire sa vérité. Auraient-ils osé faire cela du vivant de leur père?», interroge la veuve, qui assure n'avoir rien à voir avec la décision testamentaire de son mari: «On me fait passer pour celle que je ne suis pas», assure celle qui avait été décrite comme «manipulatrice», à l'audience du 30 mars.

Depuis son décès, tous les actifs de Johnny Hallyday sont regroupés dans un trust baptisé JPS (pour Jean-Philippe Smet, son nom à l'état-civil), une structure de droit anglo-saxon qui permet de réunir l'ensemble des biens d'une personne. Ce trust, basé en Californie où l'artiste résidait depuis 10 ans, avait été au centre des débats lors de l'audience. Au total, le patrimoine de Johnny Hallyday représenterait plusieurs dizaines de millions d'euros: propriétés, voitures de luxe et droits issus de 1 160 chansons. Outre ce patrimoine, les aînés du chanteur ont également demandé à la justice de pouvoir écouter le 51e album studio du rockeur, sur lequel il avait travaillé une grande partie de l'année 2017 et qui est resté inachevé. Les enfants invoquent un «droit moral» qu'ils auraient sur l’œuvre posthume de leur père, mais la maison de disques de Johnny, Warner Music France, leur a opposé à l'audience une fin de non-recevoir.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • ehoui le 13.04.2018 14:42 Report dénoncer ce commentaire

    Si l'argent ne va pas aux deux parties, elle fera le bonheur des avocats !!

Les derniers commentaires

  • ehoui le 13.04.2018 14:42 Report dénoncer ce commentaire

    Si l'argent ne va pas aux deux parties, elle fera le bonheur des avocats !!