10 novembre 2008 21:18; Act: 11.11.2008 14:15 Print

Quand le racisme prend en otage le football

Au coup de sifflet final du match Differdange-RFCU, les plaintes sont tombées.

storybild

Zennane (maillot rouge) dit avoir été insulté par des supporters de Differdange. (editpress)

Une faute?

Comme souvent dans ce genre de situation, il est très difficile de dénouer la vérité du fantasme tellement les versions divergent.

Certains joueurs du RFCU comme Zennane, Bilon et Belabed se sont plaints d'insultes racistes pendant la rencontre. «J'ai entendu des pied noir et sale Arabes, assure Belabed, cela venait des tribunes et du terrain». À l'issue de la rencontre, il y a même eu une échauffourée entre les joueurs du RFCU et le banc differdangeois.

«J'ai vu mes joueurs, ils étaient profondément affectés, relate l'entraîneur Sébastien Allieri, je n'ai rien entendu de précis. Mais vu comment le match s'est terminé, il y a eu quelque chose. D'ailleurs, les joueurs ont prévenu l'arbitre qu'ils étaient victimes d'insultes racistes». Dès lors, Rachid Belabed a décidé de porter plainte. «Oui, je ne veux pas en rester là», précise-t-il.

Côté differdangeois, l'amertume est palpable. Ainsi, le président Fabrizio Bei a adressé le communiqué suivant : «Les joueurs, dirigeants, supporters et bénévoles du club de Differdange, respectueux et fiers de pratiquer et de soutenir leur sport favori dans la commune de Differdange, terre d’asile de 112 nationalités différentes, entendent par la présente s’insurger vivement contre les propos diffamatoires de Messieurs Belabed, Bilon et Allieri».

Les dirigeants differdangeois se sont réservé le droit de porter plainte devant les instances judiciaires. Les plaintes tombent et le football n'en sort pas grandi... sk

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).