Musique

01 juillet 2012 19:20; Act: 01.07.2012 19:48 Print

La Philarmonie muée en discothèque

LUXEMBOURG-VILLE - Les DJ ont mené la danse jusqu'à la fin de la nuit à la Philharmonie.

storybild

Bam donnera le ton de leur danse en piochant dans un large répertoire funk, hip-hop, électro... avant de passer fraternellement la main à Kenny «Dope» Gonzales. (photo: Sévrine Goffin)

  • par e-mail

Parmi les événements qui rythment la vie luxembourgeoise, la «End-of-season party» est à chaque fois l'occasion de rencontrer la moitié du pays et d'entraîner ses talents sociaux.

Vendredi soir n'a pas dérogé à la règle. À nouveau, on a rangé les violons et hautbois pour sortir les platines dans le couloir de la Philharmonie et transformer la respectable institution en club. Comme les lieux, la sélection de DJ qui ont fait danser le public était classieuse. Avec en point d'orgue deux monstres sacrés. Après Kool Herc et Grandmaster Flash, les années précédentes, un autre monument musical historique du hip-hop était aux manettes en la personne d'Afrika Bambaataa. D'ailleurs, où «Bam» est posé, il reste. Il règne en maître sur le dancefloor dans une attitude monolithique. Laissant à ses deux acolytes le soin de faire sa promo. En contraste avec le public qui se démène l'air ravi.

Du b-boy à la clubbeuse en passant par le mec qui ne sait pas bouger mais essaie quand même, ils se relayeront tous pour faire chauffer la piste entre deux pauses pour socialiser sur la terrasse. Bam donnera le ton de leur danse en piochant dans un large répertoire funk, hip-hop, électro... avant de passer fraternellement la main à Kenny «Dope» Gonzales, l'autre monstre sacré, qui emmènera la soirée dans une seconde phase résolument house jusqu'au matin.

(Séverine Goffin )

Plus de sortir