Musique

01 juillet 2012 19:20; Act: 01.07.2012 19:48 Print

La Philarmonie muée en discothèque

LUXEMBOURG-VILLE - Les DJ ont mené la danse jusqu'à la fin de la nuit à la Philharmonie.

storybild

Bam donnera le ton de leur danse en piochant dans un large répertoire funk, hip-hop, électro... avant de passer fraternellement la main à Kenny «Dope» Gonzales. (photo: Sévrine Goffin)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Parmi les événements qui rythment la vie luxembourgeoise, la «End-of-season party» est à chaque fois l'occasion de rencontrer la moitié du pays et d'entraîner ses talents sociaux.

Vendredi soir n'a pas dérogé à la règle. À nouveau, on a rangé les violons et hautbois pour sortir les platines dans le couloir de la Philharmonie et transformer la respectable institution en club. Comme les lieux, la sélection de DJ qui ont fait danser le public était classieuse. Avec en point d'orgue deux monstres sacrés. Après Kool Herc et Grandmaster Flash, les années précédentes, un autre monument musical historique du hip-hop était aux manettes en la personne d'Afrika Bambaataa. D'ailleurs, où «Bam» est posé, il reste. Il règne en maître sur le dancefloor dans une attitude monolithique. Laissant à ses deux acolytes le soin de faire sa promo. En contraste avec le public qui se démène l'air ravi.

Du b-boy à la clubbeuse en passant par le mec qui ne sait pas bouger mais essaie quand même, ils se relayeront tous pour faire chauffer la piste entre deux pauses pour socialiser sur la terrasse. Bam donnera le ton de leur danse en piochant dans un large répertoire funk, hip-hop, électro... avant de passer fraternellement la main à Kenny «Dope» Gonzales, l'autre monstre sacré, qui emmènera la soirée dans une seconde phase résolument house jusqu'au matin.

(Séverine Goffin )

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Plus de sortir