Rock-A-Field 2012

23 juin 2012 12:54; Act: 26.06.2013 15:45 Print

Le festival débute tout en douceur dans les champs

ROESER- Le Rock-A-Field 2012 a donné son coup d'envoi ce samedi midi tranquillement, accompagné de quelques rayons de soleil.

Voir le diaporama en grand »

  • par e-mail
Sur ce sujet

Samedi, 12h. Le festival vient de commencer avec le groupe de rock Rival Sons sur la grande scène. Le public se réveille lentement: au lendemain de la fête nationale, difficile pour les résidents de sortir du dessous de son édredon pour continuer à faire la fête. Mais les visiteurs du festival, qui ne sont pas uniquement luxembourgeois, flânent, s’assoient dans l’herbe et se laissent balancer par les premiers accords de rock.

Dans le grand champ entouré d’arbres sur la commune de Roeser, il y a de grosses flaques de boue à certains endroits, mais le soleil, bien qu’entrecoupé de gros nuages, est avec nous. Gill, 18 ans, est au milieu du champ en face de la grande scène, le drapeau du lion luxembourgeois sur les épaules. «Je dors en tente ici, c’est chouette. Pour l’instant, je trouve que tout est super bien organisé et puis, les groupes qui vont jouer les deux jours à venir, ils sont surtout super cool!», s’extasie le jeune homme. «Et ass einfach super geil!» (NDLR: Ça arrache, tout simplement) termine-t-il. Et l'annulation du concert de Godsmack en raison d'une laryngite du chanteur n'entame en rien la bonne humeur du jeune homme.

Il en va de même pour Stéphanie (28 ans) et Christian (27 ans), venus de France et entrés quelques minutes après l'ouverture officielle des portes du Rock-A-Field (RAF). «On ne peut pas encore dire grand chose, mais comparé aux festivals français, c’est beaucoup plus libre, beaucoup plus en harmonie avec la nature», explique le jeune couple. Ils sont venus voir Biffy Clyro, 2CCD, The Kooks, The Kills…

Chloé Murat

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Plus de sortir