Rétrospective

06 juillet 2012 12:24; Act: 06.07.2012 14:21 Print

50 ans de James Bond dans une exposition

Une exposition retrace depuis vendredi à Londres les 50 ans de l'agent 007, à travers des objets culte de la série créée en 1962.

Voir le diaporama en grand »

  • par e-mail
Sur ce sujet

Les visiteurs sont accueillis par une réplique plus vraie que nature de l'acteur Sean Connery, détendu mais très élégant devant l'Aston Martin DB5 gris métallisé, immortalisée dans «Goldfinger» (1964). Passage ensuite obligé sur un tapis rouge dans un immense canon de fusil - clin d’œil à la séquence d'ouverture des films de James Bond - avant d'entrer dans un monde de glamour et de gadgets ponctué d'extraits de films.

Au total, plus de 400 documents d'archives et objets emblématiques sont exposés au centre multiculturel Barbican à Londres: des armes comme le revolver en or du tueur à gages Scaramanga, des costumes comme le smoking de Pierce Brosnan dans «GoldenEye» ou la tenue en cuir sexy de Madonna dans «Meurs un autre jour».

Une halte au Bar Martini

On y trouve aussi des gadgets comme l'attaché-case de 007 rempli de tubes de dentifrice renfermant des explosifs ou le chapeau aux bords d'acier d'Oddjob. Vu qu'il était impossible de le faire voler comme un frisbee, l'équipe des effets spéciaux avait équipé d'un petit moteur électrique le chapeau en feutre noir. «Les décors, les costumes, les gadgets» des films de James Bond «sont considérés de nos jours comme aussi emblématiques que l'homme lui-même, et c'est ce que nous voulons mettre en valeur», résume le conservateur de l'exposition, Bronwyn Cosgrave.

Pour rester dans l'ambiance James Bond, le visiteur peut conclure l'exposition par une halte au Bar Martini pour un Vodka Martini, la boisson préférée de l'agent 007, «frappé mais pas remué».
L'exposition «50 ans de style Bond au Barbican», qui rend aussi hommage à Ian Fleming, l'auteur qui a créé le personnage de James Bond, est ouverte jusqu'au 5 septembre à Londres. Elle fera ensuite le tour du monde pendant trois ans. Première étape: Toronto (Canada) en octobre.

(L'essentiel Online/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Plus de sortir