Gymnastique aux JO

29 juillet 2021 10:52; Act: 29.07.2021 11:27 Print

Que sont les «twisties» qui ont perturbé Biles?

La superstar Simone Biles a invoqué ce que les gymnastes appellent «perte de figure» pour expliquer son retrait en plein concours par équipes des JO-2020.

Sur ce sujet
Une faute?

Mardi soir, quand Simone Biles a décidé à la stupeur générale d'arrêter le concours général par équipes, après un seul saut, elle a expliqué qu'elle ne «voulait pas risquer de se faire mal ou de faire quelque chose de stupide en participant à cette compétition». Évoquant sa santé mentale, elle a au passage parlé de «twisties» (littéralement tortillons), un phénomène connu dans le monde de la gym et du trampoline, qui peut aussi toucher les golfeurs. Soudain, le sportif perd les commandes, son corps ne répond plus et ses repères disparaissent, une sorte de déconnexion conduisant à une désorientation.

Quand l'équipe des États-Unis, emmenée par sa star, fait son entrée dans l'Ariake gymnastics, mardi soir, on est loin de penser que la quadruple championne olympique est en souffrance, elle débute par le saut. Avant que Biles ne s'élance, tout le monde n'a qu'une question en tête: va-t-elle réaliser sa nouvelle acrobatie, un double salto arrière carpé qu'elle a testé à l'entraînement? Si elle le fait aux JO, ce serait une cinquième figure baptisée de son nom et elle marquerait encore plus l'histoire de la gymnastique.

«Je ne savais pas où j'étais en l'air»

Mais non, au lieu de cela, elle s'engage dans un saut dit «Amanar», un saut très difficile avec deux vrilles et demie, sauf qu'une vrille disparaît au passage. «Je n'ai pas compris ce qui s'est passé, je ne savais pas où j'étais en l'air, j'aurais pu me blesser«, a-t-elle décrit lors de sa conférence de presse. Ses coéquipières l'interrompent: «On a eu un petite attaque cardiaque en voyant ce qui arrivait!».

L'infaillible Simone Biles, surdouée de la gym, qui monte à une hauteur vertigineuse au sol grâce à une détente exceptionnelle, est plutôt du genre à ajouter une vrille qu'à en enlever une. «Dans une carrière, tous les gymnastes ont des pertes de figure», a expliqué à l'AFP, Yann Cucherat, ancien directeur du haut niveau masculin. Lui-même ancien gymnaste, il a été confronté à ce phénomène pour ses sorties aux barres parallèles notamment.

«Vous n'avez plus aucun contrôle de votre corps et de ce qu'il fait»

«Pour moi, c'est ce que Simone Biles vit et c'est décuplé par la pression», explique-t-il. «Cela vient nous pourrir le cerveau et on a peur de faire notre acrobatie», détaille-t-il encore. La situation est d'autant plus difficile pour Simone Biles qui a des acrobaties d'un niveau exceptionnel. Pour éviter de «perdre ses figures», il faut régulièrement refaire ses gammes et les décomposer, explique encore Yann Cucherat.

Ces dernières heures, plusieurs gymnastes ont raconté sur les réseaux sociaux avoir souffert de «twisties». Cela peut être plus ou moins intense et mettre plus ou moins de temps à se résoudre. «J'ai des "twisties" depuis l'âge de onze ans», a ainsi expliqué Aleah Finnegan, gymnaste américaine. «Vous n'avez plus aucun contrôle de votre corps et de ce qu'il fait», explique-t-elle.

«Elle a dû tout réapprendre petit à petit»

La gymnaste suisse Giulia Steingruber spécialiste du saut, qui concourt en finale du concours général jeudi à Tokyo, a raconté aussi qu'elle a connu «un blocage mental» similaire en 2014. «J'avais vraiment peur» et «je n'arrivais pas à m'en sortir», raconte-t-elle dans un documentaire. «Elle a du tout réapprendre petit à petit», poursuit son entraîneur.

Pression, stress et anxiété, peuvent favoriser l'apparition de ce phénomène. Biles, cinq médailles olympiques à Rio, a parlé de cette pression qu'elle ressent depuis des mois, après une année de confinement et un report des JO. Et pourtant, «Simone a un incroyable équilibre en l'air», avait expliqué Aime Boorman, son entraîneur historique, à la mère de Simone quand celle-ci avait six ans.

«Elle sait exactement où elle se trouve dans l’espace pendant qu’elle tourne et qu'elle vrille et elle sait instinctivement comment retomber sur ses pieds pour se réceptionner correctement. C’est quelque chose qu'aucun entraîneur ne peut enseigner», lui avait-elle dit.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Courage le 29.07.2021 13:05 Report dénoncer ce commentaire

    Les musiciens professionnels et surtout les pianistes peuvent être atteints d'un mal similiaire qui s'appelle la dystonie focale où rien qu'en s'asseyant à leur instrument ils éprouvent soudainement des contractions involontaires et soutenues des muscles les empèchant ainsi de jouer. C'est une maladie neurologique qui nécessite aussi de tout réapprendre petit à petit depuis le début.

  • Mago le 29.07.2021 23:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bla, bla, bla. Si elle ne va pas bien, c’est acceptable. Mais alors elle n’aurait pas dû se présenter et aurait dû laisser sa place à qqn d’autre!!! La pression fait partie du jeu. Si elle n’en veut pas, qu’elle se dédie à autre chose!!!

  • murdok le 30.07.2021 08:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Elle a fait rêver beaucoup de personnes, la pression est difficile , on a tous droit à des moments de faiblesse. Bravo pour cette belle carrière. Et ce n’est peut-être pas fini.

Les derniers commentaires

  • murdok le 30.07.2021 08:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Elle a fait rêver beaucoup de personnes, la pression est difficile , on a tous droit à des moments de faiblesse. Bravo pour cette belle carrière. Et ce n’est peut-être pas fini.

  • Mago le 29.07.2021 23:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bla, bla, bla. Si elle ne va pas bien, c’est acceptable. Mais alors elle n’aurait pas dû se présenter et aurait dû laisser sa place à qqn d’autre!!! La pression fait partie du jeu. Si elle n’en veut pas, qu’elle se dédie à autre chose!!!

  • disperdal le 29.07.2021 15:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Jean bogdanov @@ Enfin un commentaire avisé d’un spécialiste. Ça décoiffe.

    • Valentin le 29.07.2021 18:43 Report dénoncer ce commentaire

      Mais c'est vrai que les jeunes se rendent dingues avec tous ces sites et applications qu'ils croient être indispensables. Et avec tout cela, ils oublient de vivre.

  • Courage le 29.07.2021 13:05 Report dénoncer ce commentaire

    Les musiciens professionnels et surtout les pianistes peuvent être atteints d'un mal similiaire qui s'appelle la dystonie focale où rien qu'en s'asseyant à leur instrument ils éprouvent soudainement des contractions involontaires et soutenues des muscles les empèchant ainsi de jouer. C'est une maladie neurologique qui nécessite aussi de tout réapprendre petit à petit depuis le début.

  • fatiguante le 29.07.2021 12:50 Report dénoncer ce commentaire

    Et qui d'autres?

    • retourne à l'école le 29.07.2021 16:57 Report dénoncer ce commentaire

      Trois mots, une faute. Belle moyenne. Bravo !

    • @retourne le 30.07.2021 01:59 Report dénoncer ce commentaire

      Vous écrivez trois phrases sans un seul verbe. Cela ne doit pas être facile mon ami. Mais nous ne vous en tenons pas rigueur, c'est là la différence.