Japon

08 août 2021 16:15; Act: 08.08.2021 16:30 Print

Tokyo clôture en beauté ses Jeux olympiques

Les Jeux olympiques de Tokyo se sont clos dimanche après 16 jours d'intenses compétitions, passant le relais à Paris qui accueillera le monde entier en 2024.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«Je déclare clos les Jeux de la XXXIIe olympiade», a déclaré dimanche soir Thomas Bach, le président du Comité international olympique (CIO), l'instance dirigeante du plus grand rendez-vous sportif au monde.

Peu auparavant, et conformément à la tradition, la gouverneure de Tokyo Yuriko Koike avait symboliquement remis le drapeau olympique à Thomas Bach, qui l'avait lui même transmis ensuite à la maire de Paris Anne Hidalgo.

Après une décennie de préparation, un an de report, des mois d'incertitudes et deux semaines de compétition, les Jeux de la XXXIIe olympiade se sont refermés là où ils avaient commencé, le 23 juillet dernier, au stade olympique de Tokyo.

Ils se seront finalement tenus, presque comme si de rien n'était, malgré les réticences - voire l'opposition - d'une partie de la population japonaise.

«Nous l'avons fait ensemble», a lancé Thomas Bach.

Malgré la crainte liée à la pandémie de Covid-19, dont les variants tiennent toujours la majeure partie de la planète dans l'inquiétude, la compétition majuscule du sport mondial aura, comme à l'accoutumée, accouché de champions (339 titres décernés au total), d'émotions, d'exploits, d'échecs, et d'images - même quasiment sans public dans les tribunes - qui auront permis de satisfaire les diffuseurs télé, autres maîtres d’œuvre du rendez-vous.

0,02% de cas positifs

Le gouvernement et les différentes autorités japonaises craignaient une dégradation de la situation sanitaire dans le pays, et si celle-ci s'est effectivement tendue pendant la quinzaine, les chiffres de contamination observés au sein de la bulle olympique (0,02% de cas positifs en moyenne chaque jour) ont montré que les mesures prises avaient effectivement empêché tout foyer de contamination au sein du Village olympique.

Les 68 000 étrangers (sportifs, encadrements, médias) venus sur le sol japonais - contre 200 000 habituellement - ont donc pu observer deux semaines de compétition quasi normales, hormis les restrictions de transport et d'échanges mis en place par le CIO.

Au final, les Jeux de Tokyo, présentés comme les «Jeux de la pandémie» resteront dans l'histoire comme les Jeux durant lesquels la question de la santé mentale de sportifs s'est imposée.

Simone Biles, l'une des stars attendues de la quinzaine, en aura été bien involontairement l'étendard. En révélant au monde ses tourments, la superstar de la gymnastique a ouvert la discussion, sur toutes les formes de pression mentale que les sportifs subissent, souvent dès leur plus jeune âge. Et même pour des champions aguerris, le succès ne fera pas tout.

«Il y a tellement de pression (...) C'est complètement dingue. Je ne me le disais pas pendant la compétition, mais avec le recul, c'est terrifiant», a ainsi confié le nageur américain Caeleb Dressel, cinq médailles d'or à Tokyo.

Au tableau des médailles, les États-Unis auront finalement dominé d'un cheveu la Chine, juste devant le Japon.

Avant la cérémonie de clôture, les Jeux se sont sportivement terminés dimanche pour la France par un chef d'œuvre: en dominant la Russie sous drapeau neutre (30-25), les Bleues du handball se sont offert le premier titre olympique de leur histoire.

Elles ont ainsi rejoint leurs homologues masculins sacrés la veille, et referment des Jeux exceptionnels pour les sports collectifs de salle français: trois médailles d'or (hand dames et messieurs, volley messieurs), une médaille d'argent (basket messieurs) et une médaille de bronze (basket dames).

La délégation française s'arrête donc à 33 médailles au Japon, ce qui la place en deçà des espérances - une quarantaine de médailles - mais au même niveau qu'à Rio en termes d'or (10 titres).

Le Japon n'en a pour autant par terminé avec un été de sport international. Dès le 24 août, la capitale nipponne accueillera les Jeux paralympiques, qui se tiendront jusqu'au 5 septembre.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Aallinew le 08.08.2021 17:30 Report dénoncer ce commentaire

    avec une facture de 13 milliards EUR pour le contribuable japonais, en pleine pandémie avec des hôpitaux pleins. Merci au CIO d'avoir insisté pour que les JO se tiennent coûte que coûte...

  • madmed le 08.08.2021 18:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    entièrement d'accord...ca devient mémorable ce gaspillage à tous les coins de rues...

  • Léonie le 08.08.2021 20:51 Report dénoncer ce commentaire

    Les JO sont une ruine pour les pays organisateurs.

Les derniers commentaires

  • pitbull le 09.08.2021 11:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    oui marie surtout quand ont voient le geste d'un athlète français qui renverse volontairement toute les bouteilles d'eau pour priver les autres concurrents de ravitaillement .Et le France en 2024 et bien ont à des soucis à se faire .

  • Marie le 09.08.2021 11:30 Report dénoncer ce commentaire

    Les JO devraient avoir lieu toujours sur le site historique en Olympie en Grèce. Que tous les 4 ans un pays soit désigné responsable, d’accord, pour faire tourner les économies et entretenir les équipements. Ainsi pas de nouvelles constructions absurdes juste un entretien de l’existant. Je ne comprends pas pourquoi ce n’est pas en place… Ah si il faut satisfaire les égos démesurés de nos gouvernants au détriment du sport et de l’esprit sportif. Pierre de Coubertain serait outré de l’esprit d’aujourd’hui.

    • Doctor Who le 09.08.2021 12:25 Report dénoncer ce commentaire

      @Marie, du site historique à Olympie, il reste des vestiges... Pour rappel, le cyclisme, le judo, l'escalade, et tous les sports modernes n'étaient pas représentés à ces jeux, donc les infrastructure "à entretenir seulement" n'existent pas à cet endroit...

    • Vidal le 09.08.2021 13:59 Report dénoncer ce commentaire

      Marie ne connaît rien à l'olympisme et encore moins au sport en général.

  • Pompon le lutin grognon le 08.08.2021 23:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    tu m as pris de court

  • portista sd le 08.08.2021 22:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    De loin les jo les plus nuls à regarder dans un pays de non droit… personne n’a eut les c…. de boycotter c jo comme la prochaine cdm au qatar ou encore l’euro dans 150 pays différents… meme le sport en devient ger…

  • Léonie le 08.08.2021 20:51 Report dénoncer ce commentaire

    Les JO sont une ruine pour les pays organisateurs.