Manque de chance

27 mars 2013 10:00; Act: 26.03.2013 20:59 Print

Ces millionnaires du sport qui finissent ruinés

Roulant sur l'or pendant leur carrière, de nombreux sportifs perdent tout en moins de cinq ans.

storybild

Près de 78 % des joueurs de football américains en NFL seraient ruinés deux ans après leur retraite. (photo: AFP)

Une faute?

Gestion de fortune malveillante, divorces, dépenses somptuaires, les grandes fortunes du sport sont aussi très fragiles. Le sport américain est symptomatique du phénomène. Les exemples des anciens basketteurs NBA Scottie Pippen, délesté de 90 millions d'euros en fin de carrière, ou d'Allen Iverson, victime d'une perte de 113 millions d'euros, ne sont que la partie émergée de l'iceberg, selon des études récentes. Au total, 60 % des joueurs de NBA seraient au bord de la faillite cinq ans après la fin de leur carrière.

La situation est encore plus dramatique en football américain, où 78 % des joueurs de la ligue nord-américaine NFL auraient tout perdu à peine deux ans après avoir arrêté. L'ancienne star Bernie Kosar avait ainsi admis qu'il faisait vivre 20 à 25 familles lorsqu'il était au sommet.

En Europe, le football n'est pas épargné. En Angleterre, trois joueurs sur cinq sont à sec cinq ans après avoir arrêté et un sur trois a divorcé dans l'année qui suit sa retraite. Mais le risque concerne aussi des disciplines moins populaires. Mal conseillée, l'ancienne skieuse française Carole Merle a, selon L'Équipe magazine, perdu l'ensemble de ses gains en compétition estimés à 3,5 millions d'euros.

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).