Handball

11 janvier 2018 16:34; Act: 11.01.2018 16:52 Print

La Croatie rêve de gagner «son» Euro

Après deux médailles d'argent et trois de bronze, la Croatie, qui entre dans la compétition vendredi contre la Serbie, rêve de remporter enfin l'Euro chez elle.

storybild

Le Français Nikola Karabatic sera une nouvelle fois une des attractions de la compétition. (photo: AFP/Thomas Samson)

Sur ce sujet

Avant le début de la compétition, difficile de prédire qui succèdera à l'Allemagne, vainqueur du titre continental il y a deux ans. Plusieurs équipes, comme la France, la Norvège ou le Danemark, peuvent en effet prétendre au dernier carré. Mais à domicile, les Croates auront un avantage de taille: leurs supporteurs passionnés de handball. Déjà titrée aux Jeux olympiques et lors du championnat du monde, la Croatie est l'une des équipes les plus performantes sur la scène internationale, et espère ainsi décrocher le seul trophée qui manque à son palmarès.

Sous la houlette de son sélectionneur Lino Cervar, qui avait mené le pays au sacre olympique en 2004 et au titre mondial en 2003, les Croates démarrent la compétition contre leurs voisins et rivaux serbes à Split, où l'on s'attend à une atmosphère bouillante à la Spaladium Arena à guichets fermés. Les supporteurs croates n'ont en effet pas oublié la défaite contre la Serbie en demi-finale de l'Euro 2012 à Belgrade.

La France parmi les prétendants

«Jouer devant nos fans nous met la pression, mais on y est habitués donc on est prêts pour ce défi», affirme l'ailier droit Zlatko Horvat, qui a déjà remporté six médailles internationales. «On est un peu nerveux», ajoute l'arrière-droit Luka Stepancic. «Je pense que chaque fan de handball en Croatie veut nous aider, ils veulent tous faire partie de cet Euro, et cela donne de grandes responsabilités - mais ça va sans doute être le point culminant de nos carrières».

Derrière le pays-hôte, la France, championne du monde en titre, fait également partie des prétendants. Habituée à remporter l'Euro tous les quatre ans depuis 2006, elle se présente avec un groupe rajeuni, orphelin de ses deux monuments Thierry Omeyer et Daniel Narcisse, mais toujours avec sa figure de proue Nikola Karabatic. Et elle jouera gros dès son entrée en lice vendredi où elle affrontera un gros morceau: la Norvège, vice-championne du monde il y a un an.

Des Danois imprévisibles

Contrairement à 2016 où ils avaient surpris tout le monde en atteignant les demi-finales, les Norvégiens sont de légitimes candidats au dernier carré. Ils s'appuieront notamment sur le demi-centre du PSG Sander Sagosen, la star du moment, qui s'était révélé à 20 ans à l'occasion de l'Euro 2016 avant de confirmer lors du Mondial 2017.

Autre prétendant: le Danemark, champion olympique à Rio, mené par Mikkel Hansen. Mais les Danois restent assez imprévisibles, comme en atteste leur mauvais mondial cinq mois à peine après leur titre olympique, où ils ont été éliminés dès les huitièmes de finale. Outsider crédible, l'Allemagne et sa génération en or tenteront aussi de défendre leur titre décroché il y a deux ans en Pologne.

Groupe A: Croatie, Suède, Serbie, Islande Groupe B: France, Biélorussie, Norvège, Autriche Groupe C: Allemagne, Macédoine, Monténégro, Slovénie Groupe D: Espagne, Danemark, République tchèque, Hongrie

Les 3 premiers de chaque groupe avancent au tour principal qui comprend 2 groupes de six équipes. Les résultats face aux autres qualifiés sont conservés. Chaque équipe joue 3 matches contre les équipes qu'elle n'a pas encore rencontrées au premier tour. Les deux premiers de chaque groupe sont qualifiés pour les demi-finales croisées.

Premier tour du 12 au 17 janvier. Tour principal du 18 au 24 janvier. Demi-finales et finale les 26 et 28 janvier à Zagreb.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.