Bernard Laporte

30 juin 2017 09:00; Act: 30.06.2017 16:56 Print

«Soutenir les petites fédérations de rugby»

LUXEMBOURG - Bernard Laporte, le président de la Fédération française de rugby, se confie avant le congrès de Rugby Europe au Luxembourg qui s'ouvre ce vendredi.

storybild

Ex-sélectionneur du XV de France et ministre des Sports, Bernard Laporte est ce vendredi au Luxembourg. (photo: AFP/Martin Bureau)

  • par e-mail
Sur ce sujet

L'essentiel: Pourquoi venez-vous au Luxembourg?

Bernard Laporte: Pour présenter à l'assemblée générale de Rugby Europe le dossier de candidature de la France à l'organisation de la Coupe du monde 2023 en espérant qu'il convaincra les fédérations de voter pour nous. (NDLR: l'Irlande et l'Afrique du Sud sont aussi en lice).

Quels sont vos atouts?

Nous pouvons vendre 2,6 ou 2,7 millions de billets. Cela fait un gros remplissage des stades et de grosses recettes. Nous avons des stades de qualité suite à l'Euro 2016, l'hébergement, les transports...

Que pensez-vous du développement du rugby dans les petites nations comme le Luxembourg?

Je connais mal le rugby au Luxembourg. Mais la France est une nation majeure de ce sport, sa fédération est assez riche. On doit accompagner le développement international du rugby. Si le Luxembourg a besoin, nous sommes prêts.

Le XV de France a déçu en Afrique du Sud récemment. Qu'est-ce qui ne va pas?

La fédération aurait dû faire des réformes depuis dix ans. Au lieu de cela, on a laissé les clubs faire, attirer un maximum d'étrangers. Il n'y a pas eu de formation dans les écoles de rugby. Au bout d'un temps, on le paie cash.

Que préconisez-vous depuis votre élection fin 2016?

Nous recruterons 200 cadres techniques pour former les éducateurs. Et nous limiterons à cinq ou sept le nombre de joueurs non sélectionnables pour l'équipe de France sur les feuilles de match.

Êtes-vous favorable à des montées et relégations dans le Tournoi des six nations...

Non. L'Italie, par exemple, fait tout pour s'en sortir, il faut l'accompagner et élargir le Tournoi à des équipes capables de rivaliser (Géorgie, Roumanie).

(Nicolas Martin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.