Formule 1

05 février 2018 17:05; Act: 05.02.2018 17:51 Print

Des enfants pour remplacer les «grid girls»

Ce sont désormais des enfants qui accompagneront les pilotes sur les grilles de départ des Grand Prix de Formule 1.

storybild

Le groupe américain Liberty Media, qui détient les droits commerciaux de la catégorie depuis janvier 2017, veut attirer un nouveau public plus jeune. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

La présence de ces «grid kids», sélectionnés sur la base du mérite ou par tirage au sort au sein des clubs locaux de sport automobile, doit «rendre les cérémonies d'avant-course plus pertinentes et intéressantes pour les fans, particulièrement les plus jeunes», expliquent les propriétaires de la F1 et la Fédération internationale de l'automobile (FIA) dans un communiqué.

Le groupe américain Liberty Media, qui détient les droits commerciaux de la catégorie depuis janvier 2017, tente de réinventer la F1 pour faire plus de place au divertissement et attirer un nouveau public plus jeune. Il avait annoncé mercredi son intention d'en terminer en 2018 avec les «grid girls», ces jeunes femmes, choisies pour leur plastique, qui indiquent notamment l'emplacement des monoplaces sur les grilles de départ. Pour Liberty Media, cette tradition «ne correspond pas aux valeurs défendues par notre marque et est clairement en contradiction avec les normes sociétales actuelles», avait expliqué le directeur commercial de la F1, Sean Bratches.

Cette décision, qui divise les fans, intervenait à la suite du mouvement #MeToo de libération de la parole des femmes face aux violences sexistes et quelques jours après la décision de l'organisation professionnelle de fléchettes du Royaume-Uni de se séparer de ses propres hôtesses.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • F1fan le 05.02.2018 17:32 Report dénoncer ce commentaire

    n'importe quoi.....

  • galileo le 05.02.2018 17:43 Report dénoncer ce commentaire

    Mais pourquoi n'ont-ils pas mis des femmes ET des hommes, à parité, sur ces grilles de départ? Cela aurait éteint toutes ces censures moralisatrices autour du féminisme dans la F1...

  • mod le 05.02.2018 19:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ils vont faire travaille des enfants ils vont aussi les payés c'est légal tout ça

Les derniers commentaires

  • Exfronta le 06.02.2018 11:42 Report dénoncer ce commentaire

    .. les irresponsables vont se régaler !!! Misère..

  • djodjodjo57 le 06.02.2018 09:48 Report dénoncer ce commentaire

    Prochaine étape, un salon de l'érotisme sans femme !

  • Baron Rouge le 06.02.2018 09:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pathétique !

  • vroom le 05.02.2018 23:39 Report dénoncer ce commentaire

    faire travailler des enfants dans une usine c'est illégal mais sur un circuit non ?

  • Perplexe le 05.02.2018 23:15 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi cette question fait débat? Sérieusement les gens n’ont rien a faire et les féministes détruises des emplois que certaines femmes étaient fières d’avoir. A quand la rébellion des enfants?