Tennis – WTA

02 janvier 2018 13:08; Act: 02.01.2018 13:14 Print

La numéro un mondial n'a plus d'équipementier

La joueuse roumaine Simona Halep a entamé sa saison 2018 avec une tenue vierge de sponsors, après la rupture de son précédent contrat.

storybild

Simona Halep n'est engagée avec aucun équipementier pour 2018. Elle arbore pour l'instant une tenue vierge de toute marque. (photo: AFP/-)

Sur ce sujet

On peut être la tenniswoman la mieux classée du monde et ne pas être soutenue financièrement par une marque de vêtements de sport. C'est le cas de Simona Halep, 26 ans, finaliste du dernier tournoi de Roland-Garros et lauréate de 15 titres sur le circuit WTA depuis le début de sa carrière. La Roumaine a déjà cumulé plus de 20 millions de dollars en gains jusqu'ici et a récemment fait son entrée dans le top 300 des personnalités les plus riches de son pays.

Mais cela n'a pas suffi pour prolonger l'accord qu'elle avait signé en 2014 avec son équipementier Adidas. Selon plusieurs sources, le contrat aurait été rompu lorsque la joueuse a réclamé une augmentation de la participation de la firme allemande en raison de son statut de numéro un mondiale.

Lundi, Simona Halep a disputé son premier match de la saison à l'Open de Shenzhen, en Chine, s'imposant face à l'Américaine Nicole Gibbs. Sa tenue était vierge de tout sponsor. Sans aller dans les détails, Simon Halep a brièvement commenté la situation au terme de la partie: «Avec Adidas c'est terminé. Hier (NDLR: dimanche), c'était la dernière fois que je portais leurs habits. Là je n'ai personne pour l'instant. Mon manager s'occupe de ça, alors je n'ai aucune idée de la suite. C'est le premier jour de l'année et je me réjouis simplement de ce que l'avenir m'apportera». En attendant un changement de sa situation, la Roumaine pourrait bien entamer l'Open d'Australie, dès le 15 janvier, sans équipementier.

(L'essentiel/duf)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.