Tennis féminin

08 février 2018 16:23; Act: 08.02.2018 17:41 Print

Les défis de Serena Williams pour son retour

La tenniswoman américaine reprend la compétition ce week-end à l'occasion de la Fed Cup. Mais l'incertitude règne quant à son niveau de jeu.

storybild

Serena Williams n'a pour le moment disputé qu'un match d'exhibition depuis son accouchement. (photo: AFP/Nezar Balout)

Sur ce sujet
Une faute?

Serena Williams doit reprendre la raquette ce week-end lors de la Fed Cup, après une année sans compétition pour donner naissance à son premier enfant. À 36 ans, l'Américaine a-t-elle les moyens de tutoyer de nouveau les sommets? Éléments de réponse avec son entraîneur Patrick Mouratoglou et Stéphanie Nguyen, médecin de l'équipe de France féminine de tennis.

Comment s'est passée sa préparation?

Les complications survenues le lendemain de la naissance de sa fille Alexis Olympia (née le 1er septembre) ont ralenti la reprise de l'ex-numéro un mondiale. Difficultés respiratoires en raison de la présence de caillots de sang dans les poumons, cicatrice de césarienne rouverte, puis six semaines alitée: c'est ce qu'elle avait enduré, selon ses explications au magazine Vogue en janvier. La cadette des sœurs Williams n'a donc pu reprendre le sport qu'en novembre, «ce qui a rendu impossible sa participation à l'Open d'Australie», affirme son coach.

«Elle a fait un travail de remise en forme progressif par paliers. Le tennis a été repris immédiatement mais à très petites doses et sans déplacements dans un premier temps», détaille Patrick Mouratoglou. En parallèle, l'Américaine a suivi «un programme de préparation physique complet» adapté au contexte.

À quel niveau se situe-t-elle sur le plan physique?

«C'est une excellente question», répond son entraîneur, qui ne la rejoindra que «d'ici une semaine pour un bloc d'entraînement en vue des tournois d'Indian Wells et de Miami» (7-31 mars). On en saura plus ce week-end si l'Américaine foule le court de l'US Cellular Arena à Asheville contre les Pays-Bas.

Elle a déjà rejoué depuis son accouchement, mais dans le cadre d'une exhibition, fin décembre, à Abu Dhabi, contre la Lettone Jelena Ostapenko. Battue par la championne de Roland-Garros (6-2, 3-6, 10/5), Williams s'était rassurée sur son niveau, mais sa forme était loin d'être optimale. «Elle ne sera pas forcément à 100% de ses capacités physiques. Mais si le suivi a été très pointu, elle peut être à 80 ou 90%», estime Stéphanie Nguyen.

Pourquoi la Fed Cup?

L'Américaine n'a plus joué cette compétition depuis 2015. Après le titre glané en 1999, la Fed Cup n'a plus guère fait partie de ses priorités. «Elle avait décidé d'alléger son calendrier au maximum afin d'être performante aux moments clés de la saison. En 2018, compte tenu du contexte, s'aligner en Fed Cup fait plus de sens», commente son entraîneur. «C'est une occasion de se retrouver dans une super ambiance avec les autres joueuses américaines, de s'entraîner avec elles, de faire des matchs d'entraînement, et éventuellement d’être alignée en simple ou en double en fonction de son état de forme».

Peut-elle battre le record de Margaret Court?

Il ne manque que deux titres majeurs à l'Américaine pour dépasser l'Australienne (24e). Possible après un accouchement? Margaret Court, elle-même, en avait gagné trois en 1973 après une naissance, tout comme la Belge Kim Clijsters, dans un passé bien plus récent. L'Australienne Evonne Goolagong avait elle gagné Wimbledon en 1980. Mais elles avaient toutes plusieurs années de moins que Serena Williams, qui fêtera ses 37 ans en septembre.

L'âge n'est pas un handicap selon son entraîneur. «Ses seules limites sont une éventuelle lassitude un jour, le jour où elle décidera que c'est le moment de tirer sa révérence», estime-t-il. «Psychologiquement, un accouchement peut rendre une sportive plus forte, fait remarquer Stéphanie Nguyen, qui a suivi des mamans judokas. Avec les moyens dont dispose Serena Williams et son mental de championne, cela me paraît tout à fait envisageable qu'elle rejoue à son meilleur niveau».

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.