Joueur imprévisible

11 octobre 2017 12:51; Act: 11.10.2017 13:02 Print

Nick Kyrgios paie cash sa dernière frasque

Le joueur australien a écopé d'une amende et a été privé de prime pour avoir quitté brusquement le court au Masters 1000 de Shanghaï, mardi.

  • par e-mail
Sur ce sujet

Nick Kyrgios a été condamné à 10 000 dollars d'amende et privé de sa prime de participation au premier tour du Masters 1000 de Shanghai, d'un montant de 21 085 dollars, pour comportement antisportif, a annoncé l'ATP. L'Australien avait brusquement quitté le court face Steve Johnson mercredi, sans explication. Dans le jeu décisif du premier set contre Johnson, Kyrgios avait été pris à partie par un spectateur. Il avait alors invectivé l'arbitre pour qu'il remette le spectateur à sa place, et avait fini par écoper d'un point de pénalité. Hors de lui, l'enfant terrible du tennis australien avait attendu la fin du tie-break pour se diriger vers le filet pour serrer la main de Johnson, surpris, puis celle de l'arbitre, avant de ramasser ses affaires et quitter le court sous les sifflets.

«J'ai un problème intestinal depuis hier (lundi), j'ai essayé de passer outre mais c'était vraiment difficile sur le court aujourd'hui. Je pense que c'était assez évident dès le premier point», a écrit ensuite le 21e joueur mondial, en guise d'explication, sur son compte Twitter. «En plus, j'ai commencé à souffrir de l'épaule, ce qui n'a par ailleurs pas aidé», a-t-il ajouté, confirmant ainsi les déclarations d'un membre de son équipe. Ses explications n'ont toutefois pas convaincu les responsables de l'ATP.

Kyrgios est coutumier des emportements sur le court. Dimanche dernier par exemple, lors de la finale à Pékin (perdue face à Rafale Nadal), il s'en était pris vivement à l'arbitre, à l'issue d'un point jugé discutable. L'an dernier, il avait déjà fait des siennes à Shanghai, sanctionné après une altercation avec un spectateur et après avoir été rappelé à l'ordre par l'arbitre pour manque d'investissement dans le jeu face à Mischa Zverev. Parmi ses autres frasques, on rappellera aussi que le «bad boy» avait provoqué Stan Wawrinka à Montréal en 2015, en faisant une allusion très désobligeante et insolente au sujet de sa compagne.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.