JO-2018

07 février 2018 15:06; Act: 07.02.2018 15:35 Print

Une épidémie de norovirus inquiète les athlètes

Les organisateurs des JO tentaient mercredi d'empêcher la propagation parmi les athlètes d'une épidémie d'un norovirus particulièrement contagieux.

storybild

«Nous essayons de trouver un équilibre entre une certaine paranoïa et être plus détendu face à la situation», a commenté le biathlète américain, Lowell Bailey. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Le nombre de cas de malades a presque triplé depuis la veille à Pyeongchang. Aucun athlète ne figure parmi les 86 cas confirmés jusqu'à présent et les organisateurs font tout pour les préserver. Ce virus provoque diarrhées et vomissements et une épidémie parmi les concurrents serait catastrophique si près de l'ouverture des Jeux, vendredi. «Le 6 février nous avions 32 cas, mais aujourd'hui nous avons 54 cas supplémentaires, donc un total de 86 cas de norovirus», a expliqué Kim Hyun-jun, directeur du Centre coréen de contrôle et de prévention des maladies, à l'occasion d'une conférence de presse.

Parmi les personnes malades, trois faisaient partie des équipes préparant les repas dans le village des médias. Or, l'eau et la nourriture sont deux des vecteurs de transmission principaux du norovirus. Mardi, les organisateurs avaient annoncé que 1 200 agents de sécurité avaient été touchés par cette épidémie et contraints de se retirer. Ils ont été remplacés au pied levé par des centaines de soldats dépêchés pour la surveillance des sites olympiques. Les agents de sécurité, tous employés d'une même société, étaient hébergés ensemble dans un centre d'entraînement pour les enfants, dans Pyeongchang.

Les malades mis en quarantaine

Ces bâtiments, séparés des sites olympiques, semblent avoir été l'épicentre de l'épidémie. «Il n'y a aucun cas confirmé chez les athlètes et c'est le plus important ici», a repris Kim Hyun-jun. «Nous faisons de notre mieux pour prévenir tout type d'accident qui les empêcherait de défendre leurs chances». Parmi les mesures d'urgence prises par les autorités de santé coréennes, les malades ont été mis en quarantaine pour 48 à 72 heures et des distributeurs de produits désinfectants pour les mains ont été acheminés vers les sites de JO.

Le biathlète américain Lowell Bailey a cependant fait part de ses inquiétudes: «En tant qu'athlètes dans un sport d'endurance nous essayons constamment de trouver un équilibre entre une certaine paranoïa et être plus détendu face à la situation. Tomber malade peut arriver, la clé est de rester concentré et de faire ce qu'on peut pour ne pas tomber malade. Ce sont parfois les choses les plus simples auxquelles vous pensez: vous laver les mains, dormir assez et ne rien faire de stupide».

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • lynn le 07.02.2018 20:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Va falloir éviter les contacts physiques.

  • Sandy le 07.02.2018 15:23 Report dénoncer ce commentaire

    Donnie, Vlady et Kim vont encore s'accuser mutuellement de Sabotage.

  • On n'est que des animaux au final le 07.02.2018 15:46 Report dénoncer ce commentaire

    Ah les joies des attroupements de masse. C'est exactement ce qui arrive p.ex. dans l'élevage industriel de poulets et c'est pourquoi on les gave d'antibiotiques en prévision et qu'on trouve de plus en plus d'agents patogènes résistant à ces mêmes antibiotiques. Le plus grand ennemi de l'homme, ce n'est pas mère nature, ni Vlad, ni Kim et encore moins le Donnald, mais bien l'homme lui-même qui court inéluctablement à sa propre perte.

Les derniers commentaires

  • lynn le 07.02.2018 20:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Va falloir éviter les contacts physiques.

  • On n'est que des animaux au final le 07.02.2018 15:46 Report dénoncer ce commentaire

    Ah les joies des attroupements de masse. C'est exactement ce qui arrive p.ex. dans l'élevage industriel de poulets et c'est pourquoi on les gave d'antibiotiques en prévision et qu'on trouve de plus en plus d'agents patogènes résistant à ces mêmes antibiotiques. Le plus grand ennemi de l'homme, ce n'est pas mère nature, ni Vlad, ni Kim et encore moins le Donnald, mais bien l'homme lui-même qui court inéluctablement à sa propre perte.

  • Nono le 07.02.2018 15:24 Report dénoncer ce commentaire

    Les pauvres Russes, on va encore les charger, alors qu'il fallait juste bien se laver les mains

  • Sandy le 07.02.2018 15:23 Report dénoncer ce commentaire

    Donnie, Vlady et Kim vont encore s'accuser mutuellement de Sabotage.