Serena Williams

17 août 2018 08:21; Act: 17.08.2018 09:35 Print

Une terrible nouvelle lui a fait perdre pied

L'ancienne n°1 mondiale venait d'apprendre que l'assassin de sa sœur avait été libéré quand elle a subi la pire défaite de sa carrière, fin juillet.

storybild

Serena Williams n'avait pas marqué plus d'un jeu. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Serena Williams a expliqué jeudi qu'elle venait d'apprendre la libération de l'assassin de sa demi-sœur, Yetunde Price, le jour où elle avait été sèchement battue, le 31 juillet, à San Jose (6-1, 6-0) par la Britannique Johanna Konta. «Je ne pouvais pas me l'enlever de l'esprit. N'importe comment, ma sœur ne reviendra plus et c'est injuste qu'elle ne puisse plus avoir l'occasion de m'embrasser», a raconté Serena Williams dans une longue interview à Time Magazine.

La joueuse aux 23 titres en Grand Chelem avait alors perdu, pour la première fois en 928 matches professionnels, sans pouvoir marquer plus d'un jeu. À l'époque, elle expliquait avoir «de si nombreuses choses en tête» sans fournir plus de détail. Dans l'interview à Time Magazine, elle explique que dix minutes avant d'entrer sur le court, elle avait appris sur Instagram que Robert Edward Maxfield, l'homme condamné pour la mort de Price en 2003, avait été libéré au début de l'année après avoir servi douze de ses quinze ans de peine.

Si elle a évoqué un passage de la Bible sur le pardon lors de l'entretien, elle a reconnu que «Je ne suis pas encore arrivée là». «Je veux pardonner, je dois y parvenir. Et j'y serai», a-t-elle ajouté. Price a laissé trois enfants de 11, 9 et 5 ans au moment de sa mort: «C'est très dur parce que je ne fais que penser à ses enfants et ce qu'ils représentent pour moi. Et combien je les aime...», a conclu Serena Williams.

(L'essentiel/afp)