Drame/Hockey sur glace

18 juillet 2021 18:25; Act: 18.07.2021 19:28 Print

«Il a sauvé mon futur bébé, mon épouse et moi»

Matiss Kivlenieks, gardien des Blue Jackets de Colombus, est décédé après un accident avec un feu d’artifice. Ses funérailles ont donné lieu à un vibrant hommage.

Sur ce sujet
Une faute?

Le jeune gardien de but des Blue Jackets de Columbus, Matiss Kivlenieks, a été honoré comme un ami et un héros lors d’une cérémonie hommage organisée jeudi. Le jeune homme a perdu la vie le 4 juillet dernier quand il a été frappé à la poitrine par un feu d’artifice. Entre les différents intervenants, le message d’Elvis Merzlikins a été particulièrement prenant. Dans sa prise de parole, le Letton a déclaré que son compatriote et coéquipier était un véritable héros.

Aussi présent au mariage de la fille de leur entraîneur des gardiens, il a été témoin des actes héroïques de son coéquipier, qui lui a sauvé la vie, comme celle de sa femme qui attend un enfant. «Il a sauvé mon fils [à naître]. Il a sauvé mon épouse et moi, expliquait Merzlikins, sur le site LNH.com. Il a sauvé plusieurs vies. Si ça n’avait pas été moi, mon épouse ou mon fils, ç’aurait été 50 autres personnes. Il est mort en héros. Ce n’est pas seulement moi qui le dis. Il a arrêté sa dernière rondelle. Le médecin également. S’il avait été assis, ça ne se serait pas produit. Je voulais simplement vous dire qu’il a été un héros. Il a sauvé beaucoup de vies.»

L'installation a bougé

D’après ce qu’ont rapporté les autorités, l’installation d’où devaient décoller les feux d’artifice sur une propriété privée au nord-ouest de Detroit se serait légèrement inclinée. L’angle a ainsi fait en sorte que les pièces de pyrotechnie se sont dirigées directement vers un groupe de gens à proximité. Kivlenieks se trouvait dans un spa lorsqu’il a tenté de fuir les lieux, mais il a été atteint en pleine poitrine. Il a été transporté à l’hôpital, où son décès a plus tard été constaté.

Elvis Merzlikins est aussi revenu sur la soirée avant le drame. Il y avait partagé quelques verres et un dernier cigare. «Matiss n’était pas mon ami. Il était mon petit frère», a-t-il encore ajouté pendant la cérémonie. Durant son discours, il a aussi annoncé un immense hommage. Son fils, qui verra le jour en septembre grâce au geste de Matiss Kivlenieks, portera comme deuxième prénom Matiss.

(L'essentiel/Sport-Center)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.