Natation

24 juillet 2019 17:33; Act: 24.07.2019 17:45 Print

L'homme qui «pissait violet»: «T'es un loser»

Le feuilleton des championnats du monde de natation s'est poursuivi mardi avec le controversé Chinois Sun Yang. Lui et Duncan Scott ont été avertis par la FINA.

storybild

Sun Yang (à droite) ne s'est pas fait prier pour voler dans les plumes de Duncan Scott.

Sur ce sujet
Une faute?

Les cérémonies officielles des Mondiaux de natation à Gwangju (CdS) se déroulent parfois dans une ambiance de cour de récréation. Avec le controversé nageur chinois Sun Yang, que nombre de ses adversaires renient à cause des soupçons de dopage qui pèsent sur lui, l'heure est aux protestations et aux règlements de compte. Ça avait commencé avec l'Australien Mack Horton dimanche, à la suite du titre mondial décroché par le Chinois sur 400 m. Horton avait refusé de monter sur le podium et de poser aux côtés de Sun Yang, ce qui lui a valu autant de bravos de la part d'autres adversaires et de ses supporters que de réprimandes d'autorités et de médias chinois.

Mardi, c'est le Britannique Duncan Scott qui a pris le relais, refusant lui aussi de serrer la main du nouveau champion du monde du 200 m. Ce qui a eu pour conséquence de fâcher le nageur asiatique. Sous l’œil de la caméra, il a gesticulé et crié sur le podium, avant de narguer Scott, qui a remporté la médaille de bronze dans cette épreuve. «T'es un loser, moi je gagne», a taclé l'homme aux 11 titres mondiaux. Son adversaire britannique a répondu par un simple petit sourire entendu. Quelques heures plus tard, la Fédération internationale (FINA) a réagi en avertissant formellement les deux hommes, comme elle l'avait fait pour Mack Horton lors de la première querelle. Toute récidive en matière de comportement jugé déplacé pourrait mener à une amende, puis une exclusion des coupables.

Sun Yang, 27 ans et surnommé «l'homme qui pisse violet» par le nageur français Camille Lacourt aux Jeux olympiques de Rio en 2016, est au cœur d'une affaire de contrôle antidopage des plus théâtrales, au cours duquel sa mère aurait fait détruire à coup de marteau un échantillon de sang en septembre dernier. Il sera prochainement entendu par le Tribunal arbitral du sport (TAS) à ce sujet.

(L'essentiel/Sport-Center)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.