Coupe Davis

25 novembre 2017 17:09; Act: 25.11.2017 18:15 Print

La France prend l'avantage sur la Belgique

La paire tricolore a remporté le double en quatre manches, samedi après-midi, et mène 2 points à 1 à l'issue de la 2e journée de la finale de la coupe Davis, à Villeneuve-d'Ascq.

storybild

Le capitaine de l'équipe de France de coupe Davies Yannick Noah (à d.) félicite ses joueurs Richard Gasquet et Pierre-Hugues Herbert. (photo: AFP/Philippe Huguen)

Sur ce sujet

La France mène 2-1 face à la Belgique et est à une victoire du titre en Coupe Davis après le succès du double composé de Pierre-Hugues Herbert et Richard Gasquet devant Ruben Bemelmans et Joris de Loore, 6-1, 3-6, 7-6 (7/2), 6-4, samedi à Villeneuve-d'Ascq. Herbert et Gasquet, alignés pour la première fois ensemble, ont souffert durant cette partie bouclée en 3h03 non sans quelques sueurs froides.

Dans une chaude ambiance, les Belges ont servi pour mener 2 manches à 1 mais les Français se sont ressaisis dans les moments cruciaux pour mettre Jo-Wilfried Tsonga dans les meilleures conditions possibles. Dimanche, le N.1 français a l'occasion d'apporter le point manquant à son camp face au leader belge David Goffin. Ce dernier, irréprochable vendredi face à Lucas Pouille, n'aura pas le droit à l'erreur pour conserver des chances d'offrir un premier trophée à son pays. En cas d'égalisation, il y aurait un cinquième simple décisif entre Lucas Pouille et Steve Darcis.

Avec ce succès déterminant en double, la France a effectué un grand pas vers un 10e Saladier d'argent, qui lui échappe depuis 16 ans. Mais tout reste possible dans cette compétition dont l'histoire regorge de rebondissements. Deux fois, lors de leurs trois dernières finales (perdues), les Français ont mené 2-1 le samedi soir avant que le Saladier ne leur file entre les doigts le dimanche: en 2002 à Paris-Bercy contre la Russie de Marat Safin puis en 2010 à Belgrade face à la Serbie de Novak Djokovic.

Portés par le public

La Belgique est-elle capable d'un tel renversement de situation? Samedi, ses duettistes ont posé de grands problèmes aux Français mais leur baisse de régime dans le 3e set - surtout de Bemelmans qui a fini en larmes - leur ont coûté cher. Herbert et Gasquet, d'abord au-dessus du lot, ont bouclé le premier acte en 31 minutes. Le pari risqué du capitaine Yannick Noah de titulariser deux joueurs n'ayant jamais joué ensemble était jusqu'ici payant. Mais un mauvais jeu de service de Herbert a remis en selle des Belges (1-3), de plus en plus à l'aise.

Bemelmans et De Loore ne sont que 118e et 276e mondiaux, respectivement, en simple. Mais la complémentarité entre le gaucher au bandeau et le colosse droitier avait fait mouche à quelques reprises en Coupe Davis. Ils s'étaient offert les frères Alexander et Mischa Zverev lors du premier tour en Allemagne. Et l'an passé, ils avaient dominé la solide paire brésilienne Marcelo Melo/Bruno Soares. Après le débreak français, De Loore a réussi sans doute le plus beau coup de la partie: un passing de coup droit en terminant sa course dans la bordure près des photographes. Les Belges ont profité des erreurs françaises pour égaliser puis mener 5-3. Mais les Français, portés par leur public, se sont réveillés et ont repris la main en profitant d'une grosse baisse de régime de Bemelmans. Après deux balles de break effacés, ils ont pris définitivement l'ascendant. Et ils bouclaient la partie en provoquant une faute de De Loore.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.