Basket-ball

19 janvier 2021 10:00; Act: 19.01.2021 18:08 Print

La Total League fait confiance à ses pros

L'incertitude sur la fin de saison n'a pas découragé les clubs de la Total League, dont la quasi- totalité reprendra avec deux pros en février.

storybild

Jimond Ivey (c.) et Steve Harris (d.) resteront au T71 Dudelange jusqu'à la fin de la saison en cours.

Sur ce sujet
Une faute?

Malgré le doute qui plane sur la saison depuis son interruption en novembre, la moitié des clubs de Total League masculine et presque tous ceux du championnat féminin ont gardé les professionnels qui ont débuté la saison 2020/2021. «Les deux voulaient absolument rester, confirme Paul Wengler, président d'Etzella Ettelbruck, leader invaincu après cinq matches. On a hésité, mais si on avait dû recommencer sans eux, ça aurait été compliqué».

La plupart des clubs font le même effort financier en gardant leurs joueurs majeurs ou en remplaçant ceux partis, même si de nombreux dirigeants estiment que la saison, qui reprendra fin février, n'ira pas à son terme. «On n'a pas le choix», concède Frank Arendt, le président du Sparta Bertrange, qui était partisan d'une saison blanche. «On doit se donner les moyens d'être compétitifs, abonde Patrick Gregorius, président du Telstar Hesperange, qui fera venir deux nouveaux professionnels si les relégations sont maintenues. Si on ne reprend personne, on descendra, c'est clair».

Même si le risque sportif est évident, un club, le Racing, n'écarte pourtant pas cette possibilité. La formation de la capitale, dont le seul Américain, Jordan Giles, est parti dès novembre, n'a pas encore décidé si elle remplirait son quota de deux professionnels. Elle pourrait même choisir de repartir avec un effectif 100% luxembourgeois. Une stratégie risquée, mais qui pourrait s'avérer payante si la saison était à nouveau arrêtée avant la fin.

(Tom Vergez/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.