Au Japon

30 avril 2021 07:04; Act: 30.04.2021 11:30 Print

Mort d'un lutteur de sumo après une violente chute

Le sumotori Mitsuki Amano, 28 ans, est décédé d’une insuffisance respiratoire aiguë dans un hôpital de Tokyo après avoir été jeté à terre par son adversaire.

storybild

Le dernier décès d’un sumotori en activité remonte à mai 2020, lorsque le lutteur Shobushi, 28 ans, est mort après avoir contracté le coronavirus. (Photo STR / JIJI PRESS / AFP) (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Un lutteur japonais de sumo est mort à l’hôpital après avoir violemment chuté lors d’un combat pendant le dernier tournoi de ce sport nippon, provoquant une onde de choc et des appels à un meilleur encadrement médical. Mitsuki Amano, 28 ans, qui combattait sous le nom de Hibikiryu, est décédé mercredi d’une insuffisance respiratoire aiguë dans un hôpital de Tokyo, a annoncé jeudi l’Association japonaise de sumo (AJS).

«Que son âme repose en paix», a déclaré le président de cette instance qui gouverne la discipline japonaise dans un communiqué, exprimant la «sincère gratitude» de l’AJS pour la «contribution» de Mitsuki Amano au sumo. Le lutteur, évoluant dans la quatrième division sur les six que compte le sumo professionnel, était tombé sur la tête après avoir été jeté à terre par son adversaire lors d’un combat le 26 mars dernier. Des images qui ont largement circulé sur internet le montrent ensuite gisant immobile, à plat ventre, sur la plateforme d’argile recouverte de sable («dohyo») où ont lieu les combats. La longue hésitation des personnes entourant le dohyo avant que Hibikiryu ne finisse par recevoir des soins médicaux par un professionnel plusieurs minutes après a choqué spectateurs et internautes.

Le lutteur, pesant 147 kg selon l’AJS, avait entre-temps été retourné sur le dos par des «yobidashi», chargés notamment d’appeler les noms des lutteurs au début des combats, une manœuvre qui aurait dû être effectuée par des professionnels afin de prévenir toute lésion de la colonne vertébrale, selon des experts médicaux. Hibikiryu était conscient lorsqu’il a été emmené sur un brancard jusqu’à une ambulance avant d’être hospitalisé, selon le quotidien Sankei. L’existence d’un «lien éventuel de cause à effet entre la mort du lutteur et sa blessure n’est pas claire à ce stade», a déclaré une porte-parole de l’AJS à l’AFP, précisant qu’une éventuelle annonce sur l’amélioration des procédures médicales d’urgences n’interviendrait pas avant «une décision formelle» à ce sujet.

«Pourquoi, ils n'ont pas réagi plus vite?»

Des médecins sont présents dans le Kokugikan, bâtiment où ont lieu les tournois à Tokyo, mais ne se tiennent pas au bord du dohyo pendant les combats, et il est de coutume d’attendre que les lutteurs tombés à terre se relèvent d’eux-mêmes.La mort d’Hibikiryu a provoqué des critiques en ligne et dans les médias sur les procédures du sumo, dont l’AJS étudierait une modification selon plusieurs quotidiens sportifs japonais.

«Pourquoi l’Association de sumo a-t-elle le droit de traiter la vie et la santé de manière si légère?» s’est interrogé un utilisateur de Twitter. «Je ne peux pas m’empêcher de penser qu’ils auraient pu réagir plus vite», a commenté un journaliste du Nikkan Sports.Le dernier décès d’un sumotori en activité remonte à mai 2020, lorsque le lutteur Shobushi, 28 ans, est mort après avoir contracté le coronavirus.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • MouarFFF le 30.04.2021 07:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est un accident horrible, mais vous auriez pu préciser qu'il a eu lieu il y a 6 semaines, et qu'entre temps son état s'est amélioré à l'hôpital, avant qu'il ne soit emporté hier, apparemment par un caillot qui a créé une embolie. Cela n'excuse en rien le traitement scandaleux qu'il a reçu sur le dohyo.

  • Sport map le 30.04.2021 15:51 Report dénoncer ce commentaire

    RIP l'athlète

  • Spordepor le 30.04.2021 15:05 Report dénoncer ce commentaire

    Un "sport" d'un autre temps.. On aurait du garder les tournois de chevaliers ici.. ahah

Les derniers commentaires

  • Sport map le 30.04.2021 15:51 Report dénoncer ce commentaire

    RIP l'athlète

  • Spordepor le 30.04.2021 15:05 Report dénoncer ce commentaire

    Un "sport" d'un autre temps.. On aurait du garder les tournois de chevaliers ici.. ahah

  • Tu peux dire non, mais c'est la vérité.. le 30.04.2021 11:04 Report dénoncer ce commentaire

    C'est pas plutôt du coeur entouré de bonne graisse qu'il a clamsé?

    • gazeleau le 30.04.2021 17:56 Report dénoncer ce commentaire

      Les sumotori sont des athlètes musclés. Leur tissu adipeux sont principalement présents sous la peau. Très peu dans les organes.

  • MouarFFF le 30.04.2021 07:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est un accident horrible, mais vous auriez pu préciser qu'il a eu lieu il y a 6 semaines, et qu'entre temps son état s'est amélioré à l'hôpital, avant qu'il ne soit emporté hier, apparemment par un caillot qui a créé une embolie. Cela n'excuse en rien le traitement scandaleux qu'il a reçu sur le dohyo.

    • @MouarFFF le 30.04.2021 08:11 Report dénoncer ce commentaire

      Oui, mais ça, c'est beaucoup moins accrocheur comme article.

    • Rikishi le 30.04.2021 10:28 Report dénoncer ce commentaire

      Vous parlez de traitement scandaleux car vous semblez ignorer les règles et rites ancestraux stricts qui régissent la pratique du sumo. L'une d'elle est précisée dans l'article : le sumotori est sensé se relever seul. L'homme était conscient lors de son transfert vers l'hôpital. Son poids n'est peut être pas à exclure dans l'issue fatale, d'autant qu'il est tombé à plat ventre.