Tennis

27 juin 2019 10:39; Act: 27.06.2019 11:54 Print

Novak Djokovic vole au secours de Roger Federer

Le n°1 mondial a répondu aux critiques de Rafael Nadal liées aux désignations des têtes de série à Wimbledon.

storybild

Novak Djokovic à propos de la désignation des têtes de série à Wimbledon: «Ce sont leurs règles et on doit les respecter.»

Sur ce sujet
Une faute?

Troisième levée du Grand Chelem 2019, le tournoi de Wimbledon n'a pas commencé - premiers matches du tableau principal lundi prochain - que la polémique enfle dans les travées du All England Lawn Tennis and Croquet Club. Dans la ligne de mire: la désignation des têtes de série, qui a profité à Roger Federer, n°3 mondial mais promu tête de série n°2, au détriment de Rafael Nadal.

L'Espagnol ne s'était d'ailleurs pas gêné de fustiger cette manière de faire, dans une interview diffusée lundi soir sur la chaîne espagnole «Movistar»: «La seule chose dans cette histoire qui ne me paraît pas bonne, c'est qu'il n'y ait que Wimbledon qui fasse cela. Là-bas (à Wimbledon), on ne respecte pas le statut obtenu et on impose des tirages plus compliqués».

«Si quelqu'un le mérite, c'est bien Roger»

Novak Djokovic a évidemment été aiguillé sur la question en conférence de presse. Le n°1 mondial a tenu à dédramatiser les choses: «C'est vrai que c'est différent (des autres tournois du Grand Chelem), mais ce sont leurs règles et on doit les respecter», a précisé le Serbe. Qui ne voit rien d'anormal à ce que Federer ait été propulsé tête de série n°2 au détriment de Nadal: «On parle ici de Roger, le plus grand de tous les temps. C'est lui qui a gagné le plus de fois Wimbledon dans toute l'histoire (NDLR: 8 fois). Donc si quelqu'un le mérite, c'est bien lui».

Mais Djokovic comprend que Nadal ait pu réagir à cette manière de faire: «Pour être honnête, c'est un peu surprenant. Et dans le même temps, c'est Rafael qui est pénalisé pour cette place de tête de série n°2. C'est un peu surprenant, mais c'est comme ça». Et Federer, qu'en a-t-il pensé? En bon diplomate, il n'a pas cherché à trop en rajouter: «Cela ne changera rien si Rafa est dans ma partie de tableau. O.-K., vous pourriez dire que j'évite Novak en demi-finale. Mais au bout du compte, c'est tellement loin. Ça change quelque chose d'être tête de série n°2? Non, pas vraiment».

Les anciens sortent du bois

Dans l'attente du tirage au sort, qui sera effectué vendredi matin, certains anciens joueurs du circuit sont également sortis du bois à ce propos. Ainsi Patrick McEnroe, pour qui c'est clair et net: «Nadal aurait dû être tête de série n°2», affirme-t-il sobrement.

En réponse au tweet de l'Américain, l'Australien Darren Cahill a élargi le débat: «La formule de désignation des têtes de série de Wimbledon est née quand il y avait une nette différence entre les spécialistes de terre battue et le tennis sur surface rapide. Plusieurs terriens évitaient d'ailleurs Wimbledon. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. Les joueurs se sont adaptés, le gazon est plus lent et on joue au tennis de manière uniforme. Je suis d'accord (avec Patrick McEnroe)

Même son de cloche chez le Britannique Greg Rusedski: «Nadal aurait dû être n°2 à Wimbledon cette année. On ne peut pas avoir de classement par surface. S'il y en avait un, alors Federer serait n°1 sur gazon, Djokovic n°1 sur dur et Nadal n°1 sur terre. Aujourd'hui, toutes les surfaces sont relativement lentes avec la combinaison des balles. Tu gagnes ton classement tout au long de l'année. Parce que maintenant, c'est sûr que Nadal devra jouer contre Federer puis Djokovic en demi-finale et en finale, s'ils parviennent à ce stade. Autrement, il y aurait eu la possibilité que ce ne soit pas le cas».

(L'essentiel)